27/03/2006 | communication | PDF | imprimer

Evilard

Comm. BE, distr. de Bienne, comprenant E., Macolin et le Pré de Macolin (cédé en 1880 par Orvin) et située sur le flanc sud du Jura, au-dessus de Bienne. 1300 Lomeringen, all. Leubringen. 150 hab. en 1770, 365 en 1850, 560 en 1900, 1112 en 1950, 2376 en 2000. Au Moyen Age, les terres appartenaient à des églises, des couvents (île de Saint-Pierre, Saint-Jean de Cerlier et Gottstatt) et au prince-évêque de Bâle. E. faisait partie de la mairie de Bienne (bailliage de l'évêché de Bâle) et des terres extra-muros, dites Äussere Ziele, de la ville, dont elle dépendait militairement, judiciairement et fiscalement (redevances et corvées). De 1798 à 1813, sous le régime français, E. fit partie du canton de Bienne, de 1815 à 1831 du bailliage bernois de Nidau et dès 1832 du district de Bienne. Au spirituel, la commune appartint à la paroisse d'Orvin avant son rattachement à celle de Bienne en 1821. Une fusion avec Bienne fut rejetée en 1902. Les ressources principales de cette commune, située entre 630 et 1030 mètres d'altitude, étaient l'agriculture et l'exploitation des pâturages; aujourd'hui encore la commune bourgeoise y possède de nombreux terrains ainsi qu'une métairie (alpage) au-dessus d'Orvin. La commune s'ouvrit avec la construction de la route pour Bienne en 1870: l'essor de Macolin comme station climatique engendra aussi un modeste développement touristique à E., avec la construction de plusieurs hôtels (dont les Trois Sapins, auj. maison communale) et le funiculaire Bienne-Evilard en 1898. La bonne accessibilité et l'ensoleillement d'E. favorisèrent, dès les années 1950, de nombreuses constructions et une augmentation des habitants, majoritairement des navetteurs. L'infrastructure de la commune (école, poste, pompiers, maison de retraite, etc.) est en grande partie concentrée à E. même. Autrefois essentiellement francophone, la commune est aujourd'hui majoritairement germanophone en raison de l'immigration (en 2000, 60% de germanophones contre 34% de francophones).


Bibliographie
– W. Bourquin, Beiträge zur Geschichte Biels, 1922, 149-153
Evilard/Leubringen, Magglingen/Macolin, 1991-
– A. Perrenoud et al., Exploitation durable des pâturages boisés, 2003

Auteur(e): Anne-Marie Dubler / LD