Pfyffer

Famille patricienne lucernoise, dont sont issues les branches principales suivantes: von Altishofen, von Heidegg, von Mauensee, zu Neueck et von Wyher. L'ancêtre des P., Hans (décès1540), de Rothenburg, tailleur, drapier et épicier, obtint la bourgeoisie de Lucerne vers 1483 et fut membre du Grand Conseil (dès 1489), puis du Petit Conseil (dès 1513). De ses sept fils, trois occupèrent de hautes charges politiques: Leodegar fut trésorier, Jost ( -> 14) avoyer et Kaspar membre du Petit Conseil. Les P. consolidèrent encore leur pouvoir avec l'élection du neveu de Jost, Louis ( -> 19), comme avoyer, malgré la mise en accusation des deux hommes pour conjuration en 1569 lors de l'affaire Pfyffer-Amlehn. Vers 1600, sept membres de la famille siégeaient simultanément au Grand et au Petit Conseil, nombre qui s'accrut encore au cours du XVIIe s. Sous l'Ancien Régime, cinq P. accédèrent à la charge d'avoyer: outre Jost et Louis déjà cités, Christoph ( -> 3), Josef Ignaz Xaver ( -> 10) et Jost ( -> 15). L'étendue et les ramifications de leur famille, permirent aux P. de contourner les restrictions concernant les élections aux Conseils, ce qui, avec le service étranger et la distribution de pensions, agrandit encore leur richesse et leur pouvoir. La famille fournit aussi de nombreux officiers au service étranger, dont notamment Franz ( -> 5), Joseph Christoph ( -> 13), Ludwig Christoph ( -> 22) et Rudolf ( -> 26). Sur les dix-neuf commandants que compta la Garde suisse pontificale entre 1652 et 1982, onze furent des P. (notamment Franz Ludwig, -> 6). Alphons ( -> 1) et Hans ( -> 9), de plus hôteliers renommés, occupèrent des positions dirigeantes dans l'armée suisse. Au XIXe s., Kasimir ( -> 17) et Eduard ( -> 4) figurèrent parmi les politiciens libéraux les plus importants de Lucerne. D'autres membres de la famille se distinguèrent dans les domaines de la culture et de la science, comme Franz Ludwig ( -> 7), Josef Jakob Xaver ( -> 11), Karl ( -> 16) et Niklaus ( -> 25).

Les branches de la famille portaient le nom de leurs biens: Louis ( -> 19) acquit la seigneurie d'Altishofen en 1571. Le majorat (fidéicommis) y fut supprimé en 1839 et le château vendu en 1859. Le même Louis devint aussi propriétaire du château de Wyher (1588, commune d'Ettiswil), qui appartint aux P. von Wyher et aux P. von Altishofen jusqu'en 1837. Franz Heinrich P. von Altishofen acheta la seigneurie de Heidegg (château près de Gelfingen) en 1664-1665. Elle donna son nom à une nouvelle lignée et fut en sa possession de 1664 à 1700 et de 1875 à 1950. L'île, avec plus tard le château de Mauensee (construit entre 1605 et 1610), fit partie du domaine familial du XVIe s. à 1640, avec des interruptions. En 1775, les Feer léguèrent la seigneurie de Buttisholz en fidéicommis aux P. von Altishofen, qui s'appelèrent dorénavant P.-Feer. Au début du XXIe s., le château de Buttisholz appartenait encore aux P. Le roi de France François II anoblit et octroya des armoiries à Kaspar ( -> 18) en 1559, Charles IX à Jost ( -> 14) en 1563, l'empereur Maximilien II à Louis ( -> 19) en 1566 et Henri III à Jost ( -> 15) en 1577.


Fonds d'archives
– AFam Pfyffer von Wyher et Pfyffer-Feer, Herrschaftsarchiv Pfyffer von Altishofen et Pfyffer-Feer, StALU
– Coll. de doc., SWA
– Fonds, ZHBL
Bibliographie
– A. Sautier, Die Familienfideikommisse der Stadt und Republik Luzern, 1909
– G. von Vivis, «Wappen der ausgestorbenen und der noch lebenden Geschlechter Luzerns», in AHér.S, 22, 1909, 20-28
Almanach généal. suisse, 1, 389-398; 2, 756-773; 6, 480-506
– H. Marti, «400 Jahre Schloss Altishofen», in Heimatkunde des Wiggertals, 29, 1971, 11-40 (avec généal.)
– K. Messmer, P. Hoppe, Luzerner Patriziat, 1976
– G. Boesch, «Schloss Heidegg», in Heimatkunde aus dem Seetal, 55, 1982, 47-69
Altishofen 1190-1990, 1990
NDB, 20, 368
– W. Hörsch, Schloss Buttisholz, 2005
– P.M. Krieg, Die Schweizergarde in Rom, 2006

Auteur(e): Markus Lischer / EVU