Anderallmend [Allmender]

Ancienne famille admise au gouvernement de la ville de Lucerne, attestée dans cette ville depuis le XVe s. Il y a toujours eu au moins un A. au Grand Conseil de 1500 à 1829, au moins un au Petit Conseil durant cinq générations, de 1543 à 1736 (par exemple Johann, -> 1), et l'un d'eux, Moritz ( -> 2), fut avoyer. Au XVIe s., le nombre de leurs députations à la Diète et le montant des pensions qu'ils recevaient témoigne de leur prééminence au sein du patriciat. Au XVIIe s., ils faisaient partie des dix-sept familles dominantes de Lucerne, donnant au Conseil cinq secrétaires entre 1620 et 1680. Plusieurs d'entre eux étudièrent chez les jésuites de Dillingen. Ils comptèrent un prévôt et des chanoines de Beromünster, mais peu de religieux réguliers. Ils furent alliés à presque toutes les familles lucernoises admises à gouverner. Depuis le XVIe s., ils étaient membres de la corporation du Safran. Outre des maisons en ville (maison Anderallmend), ils possédèrent le château de Schauensee à Kriens de 1620/1644 à 1737/1749, celui de Baldegg, don du duc Léopold Ier de Lorraine, de 1725 à 1806, ainsi que des alpages dans l'Entlebuch. Leurs principales activités, à côté de l'administration de leur patrimoine, étaient le service de l'Etat et le service étranger. Le dernier descendant mâle, Franz Georg Melchior, du Grand Conseil, mourut en 1829.


Bibliographie
– K. Messmer, P. Hoppe, Luzerner Patriziat, 1976

Auteur(e): Gregor Egloff / PM