Albertalli, Giovanni [Hans Alberthal]

Consultez cet article sur le nouveau site web du DHS (version bȇta)

naissance vers 1575-1580 à Roveredo (GR) ou à Eichstätt (D), décès vers 1657 probablement à Bratislava, cath., de Roveredo. Fils de Pietro, maçon. ∞ 1) Johanna (nom de famille inconnu), 2) 1631 Margaretha Chorolanza. Formé comme artisan par son père et probablement aussi chez Gilg Vältin. Bourgeois de Dillingen an der Donau (D) vers 1600, architecte de la cour dans cette ville et à Eichstätt en 1610, architecte du prince-évêque d'Augsbourg. A. a notamment construit le temple protestant de Haunsheim (D) en 1607-1609, l'une des rares églises de pur style Renaissance du sud de l'Allemagne, l'église du collège jésuite (Studienkirche) de Dillingen en 1610-1617, de grand intérêt historique, probablement l'église de l'Ange-Gardien à Eichstätt en 1617, celle des jésuites à Innsbruck (1619-1621) et Saint-Pierre à Dillingen (1619-1628). Il participa aussi à la construction de l'université de cette ville, dessina la façade et le clocher de l'ancienne église Notre-Dame de Neuburg an der Donau et dirigea, en partie comme chef de chantier, en partie comme architecte, la rénovation du château de Sigmaringen (D). La fin de sa vie fut assombrie par des revers (écroulement partiel de l'église des jésuites d'Innsbruck, assainissement de l'église Saint-Pierre, manque de commandes dû à la guerre de Trente Ans). A. émigra à Bratislava, où il travailla, en 1635-1637, au château et à un couvent. C'est là qu'on perd sa trace vers 1657.

A. contribua au succès du strict classicisme de la "Renaissance augsbourgeoise" des maîtres Josef Heintz, Elias Holl et Mathias Kager. Il fut un précurseur du baroque et ses nombreux édifices ont marqué l'aspect de Dillingen. La Studienkirche devint le prototype des premières églises baroques à pilastres, qui fut repris jusqu'en Autriche, en Bohême et en Pologne, puis évolua vers ce qu'on a appelé le schéma du Vorarlberg.


Bibliographie
– M. Pfister, Baumeister aus Graubünden, Wegbereiter des Barock, 1993 (avec liste des œuvres)

Auteur(e): Max Pfister / MT