• <b>Edouard Castres</b><br><I>Le récit de l'interné en Appenzell</I>, 1873, photographie de Bettina Jacot-Descombes (Musée d'art et d'histoire Genève, no inv. 1877-0004). A la suite du désarmement de l'armée Bourbaki en 1871, le Conseil fédéral avait réparti les internés français dans tout le pays. Le peintre genevois, qui avait réalisé le grand panorama Bourbaki, imagine ici l'accueil d'un soldat dans une famille appenzelloise.

No 1

Castres, Edouard

naissance 21.6.1838 à Genève, décès 28.6.1902 à Annemasse (Haute-Savoie), prot., de Genève. Fils d'Alexandre Paul et de Marie Josette Rigaud. ∞ Eugénie Miffon. Ecole municipale à Genève. Peintre sur émail et céramique, C. étudie la peinture à l'huile avec Barthélemy Menn et suit les Beaux-Arts à Paris. Il expose à Genève dès 1868. Attiré principalement par les sujets militaires, il peint aussi des scènes de genre et des paysages. Il exécute des panneaux décoratifs et des frises de grandes dimensions à la mairie de Plainpalais, à l'hôtel de l'Arquebuse à Genève. Son chef-d'œuvre est un panorama de 1500 m², dont il reste 1000 m², L'Entrée de l'armée française aux Verrières (1881), installé à Lucerne depuis 1889 (C. avait été ambulancier dans l'armée du général Bourbaki) et connu sous le nom de panorama Bourbaki.

<b>Edouard Castres</b><br><I>Le récit de l'interné en Appenzell</I>, 1873, photographie de Bettina Jacot-Descombes (Musée d'art et d'histoire Genève, no inv. 1877-0004).<BR/>A la suite du désarmement de l'armée Bourbaki en 1871, le Conseil fédéral avait réparti les internés français dans tout le pays. Le peintre genevois, qui avait réalisé le grand panorama Bourbaki, imagine ici l'accueil d'un soldat dans une famille appenzelloise.<BR/>
Le récit de l'interné en Appenzell, 1873, photographie de Bettina Jacot-Descombes (Musée d'art et d'histoire Genève, no inv. 1877-0004).
(...)


Bibliographie
DBAS, 204-205

Auteur(e): William Hauptman