Sorengo

Comm. TI, distr. de Lugano, située sur une colline entre le lac de Lugano et celui de Muzzano, comprenant les hameaux de Cortivallo et Cremignone. 1189 Sourengo. 163 hab. en 1748, 156 en 1791, 179 en 1850, 337 en 1900, 591 en 1950, 1683 en 1990, 1557 en 2000. Le chapitre collégial de Saint-Laurent de Lugano acquit des droits de dîme à S. en 1189. Au bas Moyen Age, l'abbaye de Saint-Abonde (dès 1265) et le chapitre cathédral de Côme (mentionné en 1298), ainsi que plusieurs familles importantes, comme les Torriani et les Rusca, y possédaient des biens. S. est attesté comme commune depuis 1298; Cortivallo bénéficia d'une certaine autonomie jusqu'au XVIIIe s. En alternance avec Lugano et Loreto, S. accueillait l'assemblée générale de la communauté et vallée de Lugano (XVIe s., 1687 et 1696). Au spirituel, le village releva de la paroisse de Lugano, dont il se sépara en 1776. L'église paroissiale Notre-Dame-de-l'Assomption (attestée en 1298, mais datant au moins de la fin du XIe s.) fut agrandie entre 1566 et 1593 et transformée plusieurs fois (restaurations en 1975-1976 et en 1980-1981). En 1565, quelques frères de Bigorio fondèrent à côté de l'église un couvent de capucins, qui fut ensuite déplacé à Lugano en 1653 (couvent de la Sainte-Trinité). Depuis les années 1950, S. a abandonné son aspect de village rural pour devenir une commune résidentielle de la zone urbaine de Lugano. Il est le siège de l'Œuvre tessinoise pour l'aide à l'enfance (1920), de la clinique Sainte-Anne (1934) et du Franklin College Switzerland (université privée américaine, 1986). En 2005, le secteur tertiaire offrait 96% des emplois.


Bibliographie
– C. Caldelari et al., Sorengo 1189-1969, 1969
– A.M. Redaelli, Origine e sviluppo della comunità di Sorengo, 1988
– A.M. Redaelli et al., Sorengo, Cortivallo, Cremignone, 1995

Auteur(e): Antonio Gili / AMC