• <b>Raphael Ritz</b><br><I>Pèlerinage à Longeborgne</I>, huile sur toile réalisée en 1868 par l'artiste valaisan (Musée d'art du Valais, Sion, Inv. BA1639_3) © Musée d'art du Valais, Sion; photographie Heinz Preisig. Le peintre tente de concilier peinture de genre et peinture religieuse dans cette description d'un dimanche aux abords de l'ermitage franciscain de Longeborgne, en amont du village de Bramois dans la plaine du Rhône.

No 5

Ritz, Raphael

naissance 17.1.1829 à Brigue, décès 11.4.1894 à Sion, cath., de Niederwald. Fils de Lorenz Justin, portraitiste et peintre d'église, et de Josefa-Clara Kaiser. ∞ 1875 Caroline Nördlinger, de Tübingen. Cours de dessin chez son père, puis formation de peintre chez son oncle Heinrich Kaiser à Stans (1851), études à l'académie des beaux-arts de Düsseldorf chez Wilhelm von Schadow et Theodor Hildebrandt (1854-1856). De 1856 à 1860, R. travailla dans l'atelier de Rudolf Jordan. En été 1860, il ouvrit un atelier à Düsseldorf et connut ses premiers succès internationaux. Les randonnées qu'il fit dans sa jeunesse éveillèrent en lui le goût des paysages. Son œuvre resta liée à l'école de Düsseldorf, en particulier à la peinture folklorique de Jordan. R. revenait régulièrement en Valais où il trouvait l'inspiration pour ses études de paysages et de coutumes populaires et il finit par s'y établir définitivement en 1866 pour raison de santé. Ses processions colorées, ses costumes traditionnels multicolores plantés dans un décor valaisan ou encore ses scènes populaires évoquent la vie de son canton. Il réalisa en 1888 pour la salle de réunion du palais du gouvernement à Sion deux tableaux de grand format représentant la correction du Rhône et la mazze. R. était lié d'amitié avec Frank Buchser et Rudolf Koller et soutenait le groupe d'artistes de Savièse. Il publia aussi des ouvrages de sciences naturelles et s'intéressa à l'archéologie et à l'histoire de l'art; avec Johann Rudolf Rahn, professeur d'histoire de l'art à l'université de Zurich, il entreprit des promenades culturelles en Valais. En 1883, il participa à la création du Musée cantonal d'archéologie au château de Valère (auj. Musée cantonal d'histoire) à Sion. Membre de la Société des peintres, sculpteurs et architectes suisses, alors seul Valaisan, il fit également partie de la Société suisse pour la conservation des monuments historiques et de la Société d'histoire de la Suisse romande.

<b>Raphael Ritz</b><br><I>Pèlerinage à Longeborgne</I>, huile sur toile réalisée en 1868 par l'artiste valaisan (Musée d'art du Valais, Sion, Inv. BA1639_3) © Musée d'art du Valais, Sion; photographie Heinz Preisig.<BR/>Le peintre tente de concilier peinture de genre et peinture religieuse dans cette description d'un dimanche aux abords de l'ermitage franciscain de Longeborgne, en amont du village de Bramois dans la plaine du Rhône.<BR/>
Pèlerinage à Longeborgne, huile sur toile réalisée en 1868 par l'artiste valaisan (Musée d'art du Valais, Sion, Inv. BA1639_3) © Musée d'art du Valais, Sion; photographie Heinz Preisig.
(...)


Bibliographie
– W. Ruppen, Raphael Ritz, 1829-1894, 1971
DBAS, 876-877
Raphael Ritz, 1829-1894, cat. expo. Viège, 1999 (avec bibliogr. et liste des œuvres)
– P. Ruedin, éd., Die Schule von Savièse, 2012, 68-77, 283

Auteur(e): Thomas Freivogel / FP