No 120

Meyer [-Amden], Otto

naissance 20.2.1885 à Berne, décès 15.1.1933 à Zurich, prot., de Berne. Fils de Karl Felix, maréchal-ferrant, et de Margaritha Balsiger. Célibataire. A la mort de sa mère en 1888, M. fut placé chez des parents nourriciers, puis à l'orphelinat de la bourgeoisie de Berne. Il apprit la lithographie dans l'atelier d'art Lips à Berne et poursuivit sa formation dans celui de Graf à Zurich, où il fréquenta aussi l'école des arts appliqués. En 1906, il fut admis dans la classe de Peter Halm à l'académie des arts de Munich. A l'académie royale des beaux-arts de Stuttgart (1907-1912), il fut l'élève de Christian Landenberger et, dès 1909, l'élève de maîtrise d'Adolf Hölzel. C'est là qu'il fit la connaissance d'Oskar Schlemmer et de Willi Baumeister qui devinrent ses amis pour la vie. A l'invitation de Baumeister et de Hermann Huber (1888-1967), M. alla s'établir en 1912 au-dessus du lac de Walenstadt, dans la commune d'Amden dont il prit le nom. Après la dissolution de leur éphémère communauté d'artistes, il vécut retiré dans ce village de montagne jusqu'en 1928; il s'y voua à la lecture de la Bible et entretint une correspondance active avec ses amis, en particulier Schlemmer avec lequel il partagea dès le début les idées qui devaient conduire à la naissance du Bauhaus. Outre les feuilles de son journal, il a surtout laissé de cette période des dessins et des paysages de petit format. A partir de 1918, M. utilisa son art pour régler ses comptes avec son enfance à l'orphelinat; les portraits d'enfants et d'adolescents devinrent l'un de ses thèmes principaux. Entre 1923 et 1925, il réalisa la rosace de l'église Zwingli à Zurich-Wiedikon. Professeur de dessin industriel à l'école des arts appliqués de Zurich de 1928 à 1932, il dut renoncer à cette activité à cause d'un goitre. L'intérêt de son œuvre réside d'une part dans ses travaux figuratifs, d'autre part dans la combinaison d'une thématique symbolico-religieuse avec un langage formel à la limite de l'abstraction. Sa correspondance avec ses amis est un document important pour l'histoire de l'art.


Bibliographie
– O. Schlemmer, Otto Meyer-Amden, 1934
DBAS, 724-725
– R. Kurzmeyer, Viereck und Kosmos, 1997
– D. Schwarz, «'Die Landschaft ist ich will nicht sagen schön, sondern auf mich gestimmt was mehr ist' - die Amdener Landschaften von Otto Meyer-Amden», in Horizonte - Beiträge zur Kunst und Kunstwissenschaft, 2001, 191-198
– A. Haldemann, éd., Otto Meyer-Amden - Oskar Schlemmer, 2007

Auteur(e): Dina Epelbaum / FP