No 1

Lips, Johann Heinrich

naissance 29.4.1758 à Kloten, décès 5.5.1817 à Zurich, prot., peut-être de Kloten, de Zurich (1797). Fils de Hans Ulrich, barbier-chirurgien, et d'Elisabetha Kaufmann. ∞ 1796 Elisabeth Graf, de Winterthour. Leonhard Brennwald, son maître de latin, mit L. en contact, en 1772, avec Johann Kaspar Lavater, qui devint son mentor et lui permit de suivre une formation auprès du peintre Johann Kaspar Füssli à Zurich et du graveur Johann Rudolf Schellenberg à Winterthour. Avec ce dernier, L. illustra l'Essai sur la physiognomonie destiné à faire connoître l'homme & à le faire aimer de Lavater (1774-1779, franç. 1781-1803), ce qui lui valut une notoriété européenne. Il travailla en outre pour le peintre Johann Heinrich Füssli, pour lequel il grava quelques compositions. Soutenu financièrement par Lavater, L. entreprit en 1780-1782 un voyage d'étude en Allemagne. De 1782 à 1789, il résida la plupart du temps à Rome, où il fréquenta le cercle d'artistes allemands gravitant autour d'Angelica Kauffmann, côtoyant Goethe et Johann Heinrich Wilhelm Tischbein. Grâce à ses contacts avec Goethe, il fut appelé à enseigner à l'académie de dessin de Weimar en 1789. C'est l'époque où L., qui comptait parmi les graphistes les plus recherchés et techniquement les plus chevronnés, illustra les œuvres de Goethe et de Schiller et portraitura des intellectuels allemands (Goethe, Christoph Martin Wieland, Kant). Il revint à Zurich en 1794. A partir de 1801, L. prit régulièrement part aux expositions de la Société des artistes zurichois. Ses œuvres englobent quelque 1400 eaux-fortes et tailles douces, quelques aquarelles, toiles, dessins et une lithographie. L. entretint de nombreuses relations épistolaires.


Fonds d'archives
– Fonds, KHZ (avec cat. des œuvres établi par Lips), ZBZ, Bibliothèque d'Etat de Berlin, Musée Goethe à Francfort-sur-le-Main
Bibliographie
Johann Heinrich Lips, 1758-1817, cat. expo. Coburg, 1989
DBAS, 643-645
– H. Schärer, «Kindheit und Jugend des Klotener Kupferstechers Johann Heinrich Lips», in ZTb 2006, 2005, 1-61

Auteur(e): Matthias Oberli / AN