21/11/2006 | communication | PDF | imprimer | 
No 44

Huber, Jean

L'édition imprimée de cet article comporte une image. Commandez le DHS chez notre éditeur.

naissance 13.1.1721 à Chambésy (comm. Pregny-Chambésy), décès 21.8.1786 à Lausanne, prot., de Genève. Fils de Jacob, membre des Deux-Cents, et de Catherine Vasserot. ∞ 1747 Marie-Louise Alléon, fille de François, membre des Deux-Cents. Au service de Guillaume VIII, vice-landgrave de Hesse-Cassel (1737-1741), puis du roi de Sardaigne dans la guerre de Succession d'Autriche. Membre des Deux-Cents de Genève dès 1752. Autodidacte, H. inventa vers 1755 un nouveau genre d'expression plastique qu'il baptisa "tableaux en découpures". Il s'agissait de paysages, de scènes de genre ou d'images tirées de la mythologie taillés dans du parchemin ou du papier vélin. Il plaça des découpures chez le roi d'Angleterre, la reine de Suède et le roi de Danemark. A partir de 1760 environ, H. se fit connaître à travers l'Europe par ses nombreuses images de Voltaire (ce qui lui valut le surnom de "Huber-Voltaire"). Il croqua les traits de son célèbre voisin en peinture à l'huile, en gravure et, avant tout, en forme de silhouettes chantournées dans des cartes à jouer ou du papier. Vers 1768, Catherine II de Russie lui commanda un cycle de peintures représentant la vie domestique du patriarche de Ferney (La Voltairiade). H. consacra la fin de sa vie à l'étude des chevaux et des oiseaux de proie. Il fut l'une des figures de proue d'une école de peinture genevoise naissante et l'un des pionniers de la peinture pastorale.


Bibliographie
– G. Apgar, The Life and Work of Jean Huber of Geneva (1721-1786), 1988
– G. Apgar, L'art singulier de Jean Huber: voir Voltaire, 1995
DBAS, 512

Auteur(e): Garry Apgar