• <b>Fritz Glarner</b><br>Affiche de son exposition personnelle à la galerie Louis Carré à Paris en 1955 (Museum für Gestaltung Zürich, Plakatsammlung, Zürcher Hochschule der Künste). Une des expositions qui firent connaître les œuvres de l'artiste en Europe dans les années 1950.

No 2

Glarner, Fritz

naissance 20.7.1899 à Zurich, décès 18.9.1972 à Locarno, de Glaris, citoyen américain (1944). Fils de Josef Aniello, constructeur de moulins, et de Lina Abiguente, de Sarno près de Naples. ∞ 1928 Louise (dite Lucie) Wonsky Powell. G. passa son enfance et sa jeunesse entre Naples et la France. En 1914, il commença à étudier la peinture à l'institut royal des beaux-arts de Naples et devint maître de dessin à Sarno en 1917. Il émigra en 1923 à Paris, où il suivit les cours de l'académie Colarossi et se mit en rapport avec l'avant-garde. Ses natures mortes et ses intérieurs géométrisants reflètent exemplairement les préoccupations de cette dernière. En 1930-1931, il voyagea aux Etats-Unis où il entra pour la première fois en contact avec des artistes et collectionneurs américains. De retour à Paris, il fit partie en 1933 d'Abstraction Création et fit plusieurs expositions avec les autres membres du groupe. Il habita peu de temps à Zurich en 1935 puis partit en 1936 pour New York. Il garda le contact avec les artistes progressistes de la Suisse, surtout avec Max Bill. Il participa en 1936 à l'exposition Zeitprobleme in der Schweizer Malerei und Plastik au Kunsthaus de Zurich et adhéra en 1937 à l'association d'artistes Allianz. En Amérique, G. gagna d'abord sa vie comme photographe de portraits. Il continua cependant de peindre, fut membre de 1938 à 1944 du groupe AAA (American Abstract Artists) et discuta abondamment avec Piet Mondrian. Au milieu des années 1940, G. parvint à son organisation constructive-concrète de la peinture qu'il appela Relational Painting. Son premier tableau circulaire (tondo) date de 1944. En 1957, sa femme et lui s'installèrent dans un atelier à Huntington (Long Island). Sa réputation aux Etats-Unis ne cessa de grandir. Il réalisa plusieurs commandes à New York, notamment des peintures murales pour le Time & Life Building (1958) et le palais de l'ONU (1961), ainsi que la salle à manger de Nelson Rockefeller (1963-1964). Des expositions le firent connaître en Europe aussi. Il représenta la Suisse aux Biennales de Venise de 1964 et 1968. Un grave accident sur le bateau du retour interrompit son œuvre en 1966. En 1971, le couple G. s'installa à Lugano.

<b>Fritz Glarner</b><br>Affiche de son exposition personnelle à la galerie Louis Carré à Paris en 1955 (Museum für Gestaltung Zürich, Plakatsammlung, Zürcher Hochschule der Künste).<BR/>Une des expositions qui firent connaître les œuvres de l'artiste en Europe dans les années 1950.<BR/>
Affiche de son exposition personnelle à la galerie Louis Carré à Paris en 1955 (Museum für Gestaltung Zürich, Plakatsammlung, Zürcher Hochschule der Künste).
(...)


Bibliographie
Fritz Glarner, cat. expo. Lugano et Zurich, 1993
DBAS, 411-412

Auteur(e): Annemarie Bucher / WW