31/03/2004 | communication | PDF | imprimer | 
No 1

Diday, François

naissance 10.2.1802 à Genève, décès 28.10.1877 à Genève, prot., de Bournens. Fils de Jean-Louis, horloger et marchand de ferraille, et de Marianne Ducommun, tailleuse d'habits. Célibataire. D'origine modeste, D. ne fréquente pas le collège, il séjourne aux Grisons pour apprendre l'allemand, prend des cours de dessin chez Abraham Constantin, suit les cours de la Société des Arts et ceux de certains paysagistes (Charles-Joseph Auriol, Joseph Hornung et Wolfgang-Adam Töpffer), dont il subira l'influence. En 1823, il travaille à l'atelier d'Antoine Gros à Paris. Avec Adrien Rival, il reçoit en 1824 une petite bourse pour un séjour en Italie. Ses œuvres sont remarquées par le peintre français Auguste Robineau. Jusqu'en 1829, D. expose des sujets italiens ainsi que des compositions de montagne rapportées de l'Oberland bernois, de la Savoie et des environs du Léman. Vers 1830, D. possède un atelier fréquenté par de nombreux élèves. Il devient le chef de l'école de la peinture alpestre à Genève et a comme élève Alexandre Calame. La lumière chez D. est harmonieuse et tempérée, sans les contrastes heurtés de l'ombre et de la lumière qui caractérisent la peinture de Calame. Membre du Conseil municipal (législatif; dès 1854), dans les rangs libéraux, D. lègue à la Ville de Genève une grande partie de sa fortune (la Fondation Diday) et une partie à la Société des Arts (le nom de D. reste lié à un concours de peinture). Expositions en Suisse, à Paris (médaille d'or, 1841; Légion d'honneur pour Le lac de Brienz, 1842), à Berlin et à Vienne (médaille de bronze à l'Exposition universelle, 1873). Major, il est officier d'ordonnance du général Guillaume-Henri Dufour lors de la campagne du Rhin.


Fonds d'archives
– Classe des beaux-art de la Société des Arts, Genève
Bibliographie
DBAS, 261-262

Auteur(e): Valentina Anker