27/11/2009 | communication | PDF | imprimer | 

Pazzallo

Ancienne comm. TI, distr. de Lugano, depuis 2004 dans la comm. de Lugano. Situé au pied du San Salvatore, P. comprenait parmi d'autres les hameaux de Capo San Martino et de Carzo. 932 Paciallo, 1335 Pazallo. 110 hab. en 1591, 131 en 1850, 154 en 1900, 297 en 1950, 848 en 1980, 1162 en 2000. Des fouilles menées à Carzo en 1966 ont mis au jour trois tombes avec mobilier datant du second âge du Fer. Au Moyen Age, P. faisait partie avec Pambio-Noranco et Calprino (comm. Paradiso) du concilium de Saint-Pierre de Pambio (1335); cette communauté survécut jusqu'en 1888 (consorzio dei quattro comuni). Passé sous la domination des Confédérés, P. fut attribué au bailliage de Lugano, puis au district homonyme (dès 1803). Au spirituel, il dépend depuis toujours de Pambio-Noranco. En 1686, P. se libéra de l'obligation de contribuer à l'entretien de l'église Saint-Laurent de Lugano. La localité de San Martino (hameau de P. depuis 1863, auparavant en territoire italien) portait aussi le nom de Forca di San Martino ("potence de San Martino") parce qu'à l'époque moderne des condamnés y étaient exécutés par pendaison (la dernière eut lieu en 1804). L'économie traditionnelle reposait sur la viticulture, l'agriculture et la sériciculture. A P. se trouve la station intermédiaire du funiculaire du San Salvatore (construit en 1890). L'exploitation de la source de Molago permit d'inaugurer en 1899 l'aqueduc qui alimente encore au début du XXIe s. les localités limitrophes. Depuis les années 1970, P. a connu un essor démographique notable, lié à la création de quartiers résidentiels.


Bibliographie
– P. Donati, Notiziario archeologico ticinese 1969, 1971
– C. Silla, Il comune di Paradiso con la sua gente e la parrocchia di S. Pietro Pambio, 1997

Auteur(e): Vanessa Giannò / DW