• <b>Antonio Ciseri</b><br>Autoportrait. Huile sur toile, vers 1860 (Museo d'arte della Svizzera italiana, Lugano, Collezione Città di Lugano).

No 1

Ciseri, Antonio

naissance 25.10.1821 à Ronco sopra Ascona, décès 8.3.1891 à Florence, cath., de Ronco sopra Ascona. Fils de Giovan Francesco, peintre ornemaniste, et de Caterina Materni. ∞ Cesira Bianchini, fille de Gaetano, mosaïste, de Florence. En 1833, C. s'installa à Florence où son père et son grand-père tenaient un atelier de peinture d'ornement. Ernesto Buonaiuti lui donna ses premières leçons, puis C. s'inscrivit à l'académie des beaux-arts, où il fut l'élève de Pietro Benvenuti et de Giuseppe Bezzuoli. Il y obtint plusieurs distinctions pour des œuvres à thème historique et religieux: en 1840, il reçut le second prix pour une esquisse libre à l'huile et, en 1843, il gagna le concours triennal de l'école. En 1852, il fut nommé professeur à l'académie (au degré supérieur), dont il fut également le directeur par intérim entre 1874 et 1875. Son activité didactique fut reconnue officiellement en 1860. En 1868, C. devint membre du Conseil supérieur de l'instruction publique. Il garda des relations étroites avec le Tessin: pendant plusieurs années, il fut membre et président de la commission d'examen des écoles cantonales de dessin. En 1877, il obtint la nationalité italienne, qu'il demanda en raison des impôts excessifs qu'il payait en Suisse.

<b>Antonio Ciseri</b><br>Autoportrait. Huile sur toile, vers 1860 (Museo d'arte della Svizzera italiana, Lugano, Collezione Città di Lugano).<BR/>
Autoportrait. Huile sur toile, vers 1860 (Museo d'arte della Svizzera italiana, Lugano, Collezione Città di Lugano).
(...)

Auteur de portraits pleins d'intériorité lucide, C. cultiva ce genre avec succès depuis ses débuts, même si ses œuvres majeures illustrent des thèmes sacrés. Il se vit confier d'importantes commandes à Florence, au Tessin et à Jérusalem: le Martirio dei Maccabei (1853-1863, église Santa Felicità, Florence), qui reçut un accueil élogieux et obtint la médaille d'or à l'exposition universelle de Vienne en 1873; les œuvres pour l'église paroissiale de Ronco et la Madonna del Sasso à Orselina, parmi lesquelles une mise au tombeau (Trasporto di Cristo al Sepolcro, 1864-1870). Durant les vingt dernières années de sa carrière, C. travailla plusieurs fois pour des couvents; le gouvernement italien lui commanda l'Ecce Homo (1870-1891). Artiste de renommée internationale, C. est considéré comme le principal représentant de la peinture religieuse du XIXe s. au Tessin. Après s'être émancipé de l'idéal académique romantique de ses premières compositions, C. adopta avec les années un style plus réaliste en créant des scènes aux nombreux personnages, marquées par la perfection formelle et le souci minutieux du détail, comme en témoignent ses nombreux dessins préparatoires et esquisses.


Bibliographie
Omaggio ad Antonio Ciseri, 1821-1891, cat. expo. Florence, 1991 (avec bibliogr.)
DBAS, 219-220

Auteur(e): Letizia Schubiger-Serandrei / LT