01/12/2009 | communication | PDF | imprimer | 

Magliaso

Comm. TI, distr. de Lugano, située sur la gauche du delta de la Magliasina. M. s'est développé autour de deux centres. Le premier, Maliace (qui a donné son nom au village), s'est construit en dessous de l'église et du château le long de l'ancienne route. Le second, Castellaccio, se trouve sur les bords du lac de Lugano. Il y avait autrefois de nombreux moulins le long du canal d'irrigation et de nombreuses fermes isolées, caratéristiques habituelles de l'économie pré-industrielle. 769 de Maliacis, 854 de vico Maliaci. 12 feux en 1591, 20 en 1668, 129 hab. en 1696, 185 en 1721, 304 en 1808, 435 en 1850, 419 en 1900, 581 en 1950 et 1359 en 2000.

A l'époque lombarde, l'abbaye de San Pietro in Ciel d'Oro de Pavie possédait un domaine à M. Aucun document n'atteste les origines de l'ancienne église Saint-Cyr et du château Saint-Georges (mentionné pour la première fois en 1033). C'est dans ce dernier que fut capturé l'évêque de Côme Landolfo Carcano, événement qui déclencha une guerre entre Côme et Milan (1118-1127). La fresque de la tour date de cette époque; elle est l'un des rares exemples de peinture romane profane en Suisse. A partir du XIIIe s. environ, le château appartint à une branche de la famille Rusca de Côme. Karl Konrad von Beroldingen, chancelier du bailliage de Lugano, acquit en 1668 les droits seigneuriaux sur le village. Il fit construire l'actuelle église paroissiale et transforma les ruines du château en somptueuse résidence (auj. à l'abandon). M. a connu une très forte émigration vers la Lombardie, l'Amérique du Sud et, jusqu'à la Deuxième Guerre mondiale, le reste de la Suisse. Les propriétés de la Bourgeoisie, peu étendues, furent vendues en 1863. Au début du XXIe s., la zone résidentielle s'étend sur une bonne partie de la plaine et les rives du lac. Les secteurs primaire et secondaire occupent une place modeste dans l'économie de M. qui jouit d'une assez bonne infrastructure touristique. Les rives du lac, le quartier au pied de la montagne et le terrain de golf sont des avantages pour le village.


Bibliographie
– E. Maspoli, Compendio storico di Magliaso, 1944 (réimpr. 1991)
– W. Meyer, Châteaux forts de Suisse, 2, 1982

Auteur(e): Bernardino Croci Maspoli / DW