• <b>Gandria</b><br>Le village photographié depuis le sud, vers 1920 (Bibliothèque nationale suisse). Confiné entre la rive du lac de Lugano et la pente escarpée du Monte Brè, Gandria a traversé le XX<SUP>e</SUP> siècle en résistant aux pressions à l'urbanisation de l'agglomération luganaise voisine.

Gandria

Ancienne commune TI, district de Lugano, partie de la commune de Lugano depuis 2004. Située sur le lac de Lugano, proche de la frontière italienne de la Valsolda. 1237 et 1335 Gandrio. 330 hab. en 1591, 205 en 1643, 182 en 1696, 155 en 1769, 147 en 1801, 235 en 1850 et 1900, 227 en 1950, 207 en 2000. Dans les environs se trouvent des blocs erratiques à cupules du Néolithique. Au Moyen Age, G. se composait d'une partie supérieure, aujourd'hui disparue, et d'une partie inférieure (1335), dite ensuite Gandrio nova ou Vona (1450). Les droits de dîme, donnés en fief aux Coqui de Côme (1237-1428), puis à des familles locales, appartinrent à l'évêque de Côme jusqu'en 1750. L'église Saint-Vigile se sépara de l'église mère Saint-Laurent de Lugano en 1463. L'oratoire Saint-Roch, à côté du cimetière, fut bâti en 1645. Le territoire de G. s'étend aussi de l'autre côté du lac, sur les monts de Bisnago, Roncaglia et Caprino. Leur exploitation fut à l'origine de controverses séculaires avec les communes italiennes limitrophes d'Oria, Albogasio, Ramponio et Lanzo. Les habitants de G. vivaient de l'agriculture (viticulture, horticulture), de l'élevage et de la pêche; certains parmi eux furent des artistes et artisans (maestranze). Dès la seconde moitié du XIXe s., leurs revenus augmentèrent grâce à la sériciculture et au travail de l'écorce de tilleul, qui cessa cependant en 1950. Sur la rive opposée du lac se trouvent les Cantine di G. et la caserne des gardes-frontières (1904) qui abrite le Musée des douanes suisses depuis 1949. La route internationale de G.-Oria, ouverte en 1936, fut reliée au village en 1951. Localité à vocation touristique, G. a su conserver intacte sa structure originale, caractérisée par des escaliers raides, des ruelles étroites et des habitations remarquables.

<b>Gandria</b><br>Le village photographié depuis le sud, vers 1920 (Bibliothèque nationale suisse).<BR/>Confiné entre la rive du lac de Lugano et la pente escarpée du Monte Brè, Gandria a traversé le XX<SUP>e</SUP> siècle en résistant aux pressions à l'urbanisation de l'agglomération luganaise voisine.<BR/>
Le village photographié depuis le sud, vers 1920 (Bibliothèque nationale suisse).
(...)


Bibliographie
– B. Anderes, Guida d'arte della Svizzera italiana, 1980, 272
– P. Grossi, Gandria, 1984

Auteur(e): Antonio Gili / DW