• <b>Ulrich von Hutten</b><br>Double page des lettres de la "collection Steckelberg", éditée en 1519 à Mayence par Johann Schöffer (Zentralbibliothek Zürich, Abteilung Alte Drucke und Rara, KK 407a 12). Cet exemplaire du legs Hutten est annoté par l'auteur en vue d'une réédition. Si Hutten y remplace systématiquement <I>Heluetij</I> par <I>Suiceri</I>, il ne modifie pas sa vision des Suisses. Dans ce passage de sa lettre à François I<SUP>er</SUP>, Hutten corrige très soigneusement les <I>Rusticani homines et extreme rudes Heluetij</I> ("rustauds et très grossiers") du texte publié en <I>Rusticani homines imprimis rudes Suiceri</I> ("rustauds, mais surtout grossiers", en bas à droite).

No 1

Hutten, Ulrich von

naissance 21.4.1488 au château de Steckelberg près de Schlüchtern (Hesse), décès 29.8.1523 à l'île d'Ufenau. Fils d'Ulrich, conseiller à Fulda, et d'Ottilie von Eberstein, fille de Philipp, conseiller. Issu d'une éminente famille de chevaliers de Franconie, H. acquit une formation humaniste dans des universités allemandes et italiennes. Alors qu'il était encore nommé poète lauréat (poeta laureatus) par l'empereur en 1517, il devint ensuite un satiriste et critique féroce de l'Etat, de l'Eglise (surtout du pape et de la Curie) et des clercs (dans ses Lettres des hommes obscurs, publiées en latin entre 1515 et 1517). Son implication dans la tentative de putsch de Franz von Sickingen le força à l'exil. Banni et proscrit, il fut recueilli à Zurich par Ulrich Zwingli en mai 1523, grâce à qui il put se rendre aux bains de Pfäfers, puis trouver asile à l'île d'Ufenau en août. Il y décéda de la syphilis, entouré des soins du pasteur Johannes Klarer. Pendant son bref séjour en Suisse, il se consacra à la dispute en cours avec Erasme de Rotterdam, à la rédaction de son dernier pamphlet (perdu) In tyrannos, qui correspond peut-être à une brochure parue à Zurich sous le titre de Gyren Rupffen, et à la révision de ses travaux précédents (des imprimés corrigés de sa main en vue d'une nouvelle édition sont conservés à Zurich).

<b>Ulrich von Hutten</b><br>Double page des lettres de la "collection Steckelberg", éditée en 1519 à Mayence par Johann Schöffer (Zentralbibliothek Zürich, Abteilung Alte Drucke und Rara, KK 407a 12).<BR/>Cet exemplaire du legs Hutten est annoté par l'auteur en vue d'une réédition. Si Hutten y remplace systématiquement <I>Heluetij</I> par <I>Suiceri</I>, il ne modifie pas sa vision des Suisses. Dans ce passage de sa lettre à François I<SUP>er</SUP>, Hutten corrige très soigneusement les <I>Rusticani homines et extreme rudes Heluetij</I> ("rustauds et très grossiers") du texte publié en <I>Rusticani homines imprimis rudes Suiceri</I> ("rustauds, mais surtout grossiers", en bas à droite).<BR/>
Double page des lettres de la "collection Steckelberg", éditée en 1519 à Mayence par Johann Schöffer (Zentralbibliothek Zürich, Abteilung Alte Drucke und Rara, KK 407a 12).
(...)


Oeuvres
– E. Böcking, éd., Ulrichs von Hutten Schriften, 21963
– J.-C. Saladin, éd., Lettres des hommes obscurs, 2004
Fonds d'archives
– Fonds, ZBZ
Bibliographie
– H.G. Keller, Hutten und Zwingli, 1952
– J. Benzig, Ulrich von Hutten und seine Drucker, 1956 (avec liste des œuvres)
– H.U. Bächtold, «Ulrich von Hutten und Zürich», in Zwingliana, 18, 1989, 12-19

Auteur(e): Hans Ulrich Bächtold / LD