Oberbalm

Comm. BE, distr. de Berne, située dans les collines entre le Schwarzwasser et le Scherlibach, comprenant le village éponyme et plusieurs hameaux et fermes isolées. 1228 Balmes. 607 hab. en 1764, 1304 en 1850, 1091 en 1900, 999 en 1950, 835 en 2000. Lieu de pèlerinage au Moyen Age, lié à une grotte (Balm) abritant une Vierge miraculeuse, O. fit partie de la seigneurie des comtes de Laupen-Sternenberg, qui résidaient près d'O. "en-dessus de Scherliau", dans le landgraviat de Burgundia circa Ararim, puis dès 1388 dans la juridiction (Landgericht) bernoise de Sternenberg. L'église Saint-Sulpice, érigée avant 1215, fut dotée par la famille comtale et ses héritiers; elle est mentionnée en 1228 dans le cartulaire de Lausanne (vestiges de l'édifice roman dans la nef, peintures murales de 1480 env.; clocher et chœur reconstruits entre 1517 et 1527). Le pèlerinage aux reliques de saint Sulpice prit une telle importance qu'en 1462, le Conseil de Berne aurait souhaité les transférer dans la nouvelle collégiale de la ville. Le droit de patronage, offert à l'évêque de Lausanne en 1241, passa en 1282 aux familles de Grasburg et de Bubenberg, héritières des comtes de Laupen-Sternenberg, puis au chapitre de Saint-Vincent de Berne (jusqu'en 1506) par l'intermédiaire d'autres détenteurs, dont la commanderie de Köniz et la famille d'Erlach. A la Réforme, il échut à Berne avec les droits de justice (1528). En 1803, O. fut rattaché au bailliage (Oberamt) de Berne (distr. depuis 1831). Avec une église, une école, une auberge et une forge, le village, appelé Näherbalm ou O. pour le distinguer de Ferenbalm, constitua le petit noyau d'une vaste commune, qui conserva jusqu'au début du XXIe s. un caractère rural. En 1838, O. comptait dix-neuf maisons et les hameaux 114; au XXe s., la population se concentra dans le village, avec une forte proportion de navetteurs, travaillant notamment à Berne. Une zone artisanale s'est développée entre O. et Borisried, le plus grand des hameaux, doté d'une école (fermée en septembre 2008).


Sources imprimées
– E. Welti, «Die Jahrzeitbücher von Oberbalm», in AHVB, 19, 1908, 1-56
Bibliographie
– C. Lerch, Beiträge zur Geschichte der Gemeinden Köniz und Oberbalm, 1927
– V. Stähli-Lüthi, Die Kirche von Oberbalm, 22005

Auteur(e): Anne-Marie Dubler / MBA