No 1

Stockalper, Antoine

naissance à Brigue, décès 4.12.1627 à Loèche, cath., de Brigue. Fils d'Antoine (décès1605), capitaine du dizain et châtelain de Brigue, gouverneur de Saint-Maurice (1576-1578). Petit-fils de Peter ( -> 10). Major de la juridiction de Ganter, gouverneur de Saint-Maurice (1618-1620). Chevalier de l'ordre pontifical de l'Eperon d'or. En 1614, capitaine en Piémont au service de Savoie, de 1624 à 1627 capitaine en Valteline au service de France. En 1627, partisan d'une politique pro-espagnole, S. demandait aussi le retour des jésuites chassés du Valais par la Diète en février de cette année. Dans la lutte qui opposait depuis plusieurs années l'évêque Hildebrand Jost aux patriotes qui contestaient son pouvoir temporel, S. prit le parti de l'évêque, alors démissionnaire. Il ourdit un complot et rassembla quelques partisans et des mercenaires valtelins pour assassiner le grand bailli, Johannes Roten, et le chancelier, Michel Mageran, chef du parti français, et mettre fin à la république des dizains. La conjuration fut éventée, son instigateur arrêté le 15 septembre 1627 et emprisonné au château épiscopal de Loèche. Son procès débuta le 6 octobre et la sentence fut rendue le 22 novembre. La procédure judiciaire fut entachée de nombreuses irrégularités. La commission souveraine qui le jugea était formée de ses ennemis les plus irréductibles, Mageran et Roten. Condamné à mort pour conspiration contre la sûreté de l'Etat, S. fut décapité puis écartelé le 4 décembre 1627. Son châtiment eut valeur d'exemple dans la guerre entre les dizains et l'évêque. Ses biens furent confisqués, mais rendus peu après à ses enfants.


Bibliographie
– J. Graven, Réhabilitation de "noble et héroïque" Antoine Stockalper, 1927
– G. Ghika, «Luttes politiques pour la conquête du pouvoir temporel sous l'épiscopat d'Hildebrand Jost», in Vallesia, 2, 1947, 71-159, surtout 138-143
– von Roten, Grands baillis, 252

Auteur(e): Frédéric Giroud