Cademario

Comm. TI, distr. de Lugano; dans le haut Malcantone. 1163 Cademerio, 1335 Cadelmario Superiore pour le distinguer de Cadelmario Inferiore, l'actuel Bosco Luganese. C. comprend également les hameaux de Renera et Bogno. 500 hab. en 1599, 370 en 1696, 331 en 1801, 347 en 1900, 422 en 1950, 474 en 1990, 596 en 2000.

Habitat très ancien, comme en témoigne la nécropole de Forcora où furent découvertes (1939-1940) des tombes à crémation de l'âge du Fer. Outre Bosco Luganese, qui se détacha de C. en 1783, la commune primitive comprenait également Bioggio et peut-être Gaggio. Dans les très riches archives paroissiales, on conserve, entre autres, deux versions des statuts communaux (1416 et 1474). Vers l'an mille, l'évêque de Côme possédait des biens et des droits, cédés ensuite, au moins en partie, au monastère comasque de Saint-Abonde, dont l'abbé possédait une maison à C. L'origine de l'église Saint-Ambroise devrait remonter à une époque antérieure, puisque sa dédicace au saint milanais ramène au haut Moyen Age. D'importantes modifications eurent lieu par la suite: l'église fut agrandie, surélevée, dotée de nouvelles fresques et son orientation primitive vers le sud-est fut changée. L'actuelle paroissiale, bâtie au début du XVIIe s., fut agrandie et consacrée à nouveau en 1833. De tout temps on a cultivé la vigne sur les terrains qui, du bas du village, descendent jusqu'à Bioggio; en 1990, les vignobles renouvelés et travaillés selon des techniques modernes couvraient plus de 600 ares et comptaient 22 000 ceps. De l'alpe Agra on conserve le toponyme, mais les bâtiments ont disparu. Autrefois terre d'émigration temporaire, C. fut l'un des premiers villages du Luganais découverts par le tourisme. Le majestueux Kurhaus qui domine le village a été construit dans les années 1920. Nombreuses résidences secondaires.


Bibliographie
– P. Norsa, L'antico comune di Cademario, 1945

Auteur(e): Bernardino Croci Maspoli / MFR