Barbengo

Ancienne commune TI, district de Lugano, partie de la commune de Lugano depuis 2008. Située dans le Pian Scairolo, elle comprenait, outre B., plusieurs villages: Cadepiano (avec la Collina d'Oro dans le fond), Garaverio et Cernesio (à l'abri du mont Arbostora), Casoro, Casaccia et Figino (vers le lac). B. conserva Cernesio malgré des conflits séculaires avec Carona; Figino fut attribué à B. en 1791. 245 hab. en 1670, 552 en 1850, 481 en 1900, 503 en 1950, 632 en 1980, 1559 en 2000. Vestiges de l'âge du Cuivre à B. (1865), de l'époque romaine à Cernesio et Casoro (1860). Tour fortifiée (La Torrazza) près de Casoro: probablement poste de garde à l'époque du Bas-Empire, puis poste de garnison d'une fara lombarde; au Moyen Age vraisemblablement reliée à un château ayant peut-être appartenu aux Casoro, déjà en ruines au XVe s. (actuellement ruines de "Castellaccio"). Jusqu'au XVe s. B. s'appelait Premona: le concilium d'Agra et Premona, constitué autour de l'église Saint-Ambroise de B. et comprenant également Bigogno (Agra), Casoro et Figino, est mentionné dans les statuts de Côme de 1335. Premona est citée dans la reconnaissance du chapitre cathédral de Côme (1298) à propos d'alleux et de fiefs épiscopaux. Le même document mentionne l'église Saint-Ambroise, ayant d'abord relevé de la paroisse de Saint-Pierre de Pambio et devenue vice-paroisse en 1591. En 1696, l'oratoire Saint-Antoine à Cadepiano dépendait de la paroisse de Carona. L'oratoire Saint-François à Figino remonte au troisième quart du XVIIe s. Eglise néogothique Saint-Charles à Cernesio (1891-1895). Autrefois commune agricole (sériciculture), B. est aujourd'hui partie intégrante de la zone industrielle du Pian Scairolo, avec ses petites et moyennes entreprises et ses centres commerciaux, ce qui explique la forte augmentation de la population résidente dans les années 1980.


Bibliographie
La terra e la parocchia di Barbengo, 1933
– A.M. Redaelli, M. Agliati, Storia e storie della Collina d'Oro, 2 vol., 1977-1978

Auteur(e): Antonio Gili / MFR