01/12/2009 | communication | PDF | imprimer | 

Magadino

L'édition imprimée de cet article comporte une image. Commandez le DHS chez notre éditeur.

Comm. TI, distr. de Locarno, située sur la riviera du Gambarogno dont le territoire s'étend sur la plaine et comprend une partie des Bolle de M., biotope humide protégé, à l'embouchure de la Verzasca et du Tessin. Autonome depuis 1843, après la séparation de Vira. 1254 de Magadino, ancien nom all. Megadin. 586 hab. en 1850, 901 en 1880, 725 en 1900, 821 en 1950, 1499 en 2000. M., avec les hameaux actuels de Quartino et Orgnana, dépendait de l'ancienne paroisse Saint-Pierre de Vira. Le village est cité à la fin du Moyen Age au sujet des droits féodaux accordés par les évêques de Côme aux Capitanei de Locarno qui, jusqu'en 1342, perçurent un péage sur les marchandises en transit. A Quartino se trouvait le prieuré bénédictin dédié à saint Georges (XIe-XVIe s.) dépendant d'abord de l'abbaye Saint-Benigne de Fruttuaria (Piémont), puis de celle de San Gemolo di Ganna (Lombardie); au XVIIe s., le revenu de ses bénéfices passa à l'hôpital de Locarno. M. est une paroisse depuis 1846 et l'église Saint-Charles a été construite en 1844-1846. Il ne reste aucune trace de la tour citée dans la description des routes de Côme de 1335, ni du château qui, d'après une chronique du XVIe s., aurait été construit par les Locarnais en 1365 sur l'ordre de Galéas II Visconti et détruit par les Suisses en 1518. M. fut un important port et passage douanier sur la route commerciale reliant la Lombardie aux villes du Nord, surtout après l'écroulement du pont qui franchissait le Tessin à Bellinzone en 1515. Après l'introduction de liaisons régulières par bateau à vapeur (1826) et l'ouverture de la route carrossable du Gothard (1830), M. devint un relais des diligences. Ces nouvelles communications favorisèrent la multiplication d'entrepôts, d'hôtels et d'auberges, dont il reste quelques témoignages. L'ouverture des lignes ferroviaires de Locarno (1874) et Luino (1882) fut à l'origine du recul de l'activité portuaire et d'une certaine stagnation de la commune jusqu'en 1960. En 2000, la commune avait un solde pendulaire positif. Le secteur tertiaire offrait presque la moitié des emplois en 2005.


Bibliographie
– V. Gilardoni, Père Rocco da Bedano, «Riviera del Gambarogno», in AST, 39, 1969, 283-342, 431-450
MAH TI, 3, 1983, 49-62
– R. Broggini, Magadino 1843-1993, 1993

Auteur(e): Graziano Tarilli / DW