27/04/2005 | communication | PDF | imprimer

Chandieu, de

Famille noble du Dauphiné, établie dans le Pays de Vaud au XVIe s., bourgeoise de Lausanne en 1652. Deux branches sont issues des fils d'Antoine ( -> 1). La branche aînée, qui descendait de Jean (naissance1566), dont le petit-fils Frédéric (décès1707) fut seigneur de La Chaux (Cossonay), de Cuarnens et de Vulliens, s'éteignit en 1812, au décès de Jacqueline Louise Madeleine de Senarclens (naissance1731), née de C. La branche cadette, issue d'Esaïe (1576-1646/1647), posséda la seigneurie de L'Isle, de Villars(-Bozon) et de La Coudre; elle s'éteignit en 1840 avec Pauline, épouse de Loys (naissance1760). Les C. comptèrent plusieurs officiers au service de France. Charles (1658-1728) obtint en 1701 le premier régiment bernois, dit de Villars-C., et fut nommé lieutenant général en 1724; ce fut lui qui fit construire en 1696 le château de L'Isle, le "Petit Versailles". A Lausanne, les C. possédaient des maisons au Bourg, à Saint-François (Voltaire y fut leur locataire) et au Chêne. Au XVIIe s., leur domaine de Mont-la-Ville fut un lieu de passage pour les huguenots fuyant la France; Benjamin (1701-1784) fut directeur de la Bourse française de Lausanne. Les C. s'allièrent à des familles du Refuge, à la noblesse vaudoise, plus rarement à des patriciens bernois.


Bibliographie
– C.-R. Delhorbe, «La famille maternelle de Benjamin Constant», in RHV, 1967, 120-173
– Ch. Hermann, Benjamin de Chandieu, [1987], dactyl. (ACV)

Auteur(e): Fabienne Abetel-Béguelin