Tribolet (BE)

Famille patricienne de la ville de Berne. Son ancêtre Rudolf (décès1510), originaire du Val-de-Ruz, propriétaire d'un domaine à Gals, obtint la bourgeoisie foraine en 1478. Mentionné en 1498 comme membre de la société noble zum Distelzwang, il entra au Grand Conseil en 1503. Son fils Jakob ( -> 9), qui acheta la chartreuse de La Lance (après sa suppression en 1538), quitta le Distelzwang pour la corporation des Boulangers. Sa descendance se divisa en plusieurs branches. Jusqu'à la première moitié du XVIIIe s., presque tous les T. furent membres du Grand Conseil ou baillis, comme Samuel ( -> 15). Johann (1575-1626), père de Samuel, et Georg (1609-1661), héritier de La Lance (avec son frère), furent aussi membres du Petit Conseil. Après la faillite de Georg, l'ancienne chartreuse passa à la ville de Berne. Beat Ludwig (apr. 1681-1719) la racheta et l'échangea contre la seigneurie de Gerzensee. Exclus du gouvernement au début du XVIIIe s., les T. furent secrétaires ou pasteurs. Toutes les branches avaient disparu au début du XIXe s., sauf une. Celle-ci fournit, aux XVIIIe et XIXe s., trois médecins, dont Samuel ( -> 16), et deux marchands, dont Bernhard Friedrich (naissance1827), qui s'établit avec ses fils à Rio de Janeiro. La famille est éteinte en Suisse.


Bibliographie
Almanach généal. suisse, 1, 614-616
– von Rodt, Genealogien, 5, 288-300

Auteur(e): Hans Braun / VL