Graffenried, von [de]

Vieille famille patricienne de la ville de Berne, toujours florissante. Des G. sont mentionnés dans des actes dès 1270. Un Johannes von G. apparaît comme membre du Petit Conseil en 1353. Sa parenté avec Burkhard, l'aïeul le plus éloigné que l'on puisse repérer et qui fut le premier trésorier de Berne en 1387, n'est pas prouvée. Figurant parmi les principales et les plus nombreuses familles de Berne, les G. comptèrent, jusqu'en 1798, onze bannerets de la corporation des Boulangers, cinq trésoriers et quatre avoyers, à savoir Abraham ( -> 1), Anton ( -> 4), son fils Anton ( -> 5) et son petit-fils Emanuel ( -> 10). Après la mise en valeur des sources salines de Panex (comm. Ollon) par Niklaus ( -> 21) et son fils Hans Rudolf ( -> 15), les G. furent souvent directeurs des sels et membres de la commission des sels de Roche (VD) jusqu'au XVIIIe s. Le service étranger, essentiellement en Hollande, mais également en France, constitua aux XVIIe et XVIIIe s. une importante source de revenus précédant les charges publiques bernoises, voire s'y substituant. Quelques G. furent aussi pages, valets de chambre et soldats de la garde dans des cours princières allemandes à partir de la moitié du XVIIe s. Les G. s'allièrent à d'autres familles patriciennes bernoises, le plus souvent aux Wattenwyl, d'Erlach, May et Zehender.

La famille se divisa en deux branches principales avec les deux fils de Niklaus. L'aînée, issue de Hans Rudolf, s'éteignit en 1909, alors que la cadette, descendant de Peter (1507-1562), est aujourd'hui encore florissante sous la forme de la branche des G. de Münchenwiler, descendant d'Anton (1627-1674), et de celle des G. de Burgistein, descendant d'Emanuel (1665-1738). La branche de Worb, fondée par Abraham (1580-1620), s'est éteinte en Suisse en 1869, mais existe encore aux Etats-Unis. Outre Burgistein (restée propriété de la famille), Münchenwiler, Worb, Gerzensee et Kehrsatz, les G. possédaient notamment, dans le Pays de Vaud, Chevron (comm. Aigle), Carrouge, Corcelles-le-Jorat, une partie de Mézières, les vignobles de Bellerive et Vallamand.

Au XIXe s. encore, les G. continuèrent à s'engager au service étranger ou dans des cours. Avocats, banquiers, négociants et industriels, comme Karl Wilhelm ( -> 20), furent néanmoins toujours plus nombreux. Au XXe s., la famille fut active dans la gestion de fortune et dans l'immobilier. De la nombreuse descendance de la branche américaine fondée par Christoph ( -> 8), Edwin (1823-1902), médecin, fut gouverneur du Nouveau-Mexique, tandis que Reese Calhoun (1859-1902) et Edward (1899-1974), tous deux avocats, représentèrent l'un le Texas, l'autre l'Alabama au Congrès des Etats-Unis. En Suisse, Charles, éditeur et président du conseil d'administration d'Espace Media Group, et Michael, photographe, se sont fait un nom à l'orée du XXIe s.


Fonds d'archives
– AFam, BBB
Bibliographie
Almanach généal. suisse, 1, 149-163; 5, 278-288
– Th.P. de Graffenried, History of the de Graffenried family from 1191 A.D. to 1925, 1925
– Th.P. de Graffenried, The de Graffenried family scrap book: 1191-1956, 1958
– von Rodt, Genealogien, 2, 185-251
– E. von Graffenried et al., Généal. de la famille de Graffenried, ms., 2002- (StUB)

Auteur(e): Hans Braun / AN