No 1

Soulavie, Jean-Louis

naissance 8.7.1752 à Largentière (Ardèche), décès 11.3.1813 à Paris, cath., d'Antraigues-sur-Volane (Ardèche). Fils de Jean, procureur, et d'Anne Faure. ∞ 1792 Madeleine Mayaud. Ordination en 1776. Etudes de sciences naturelles et de géologie. Adepte de la Révolution dès 1789 et membre du club des Jacobins, S. prêta serment à la Constitution civile du clergé. Du 25 mai 1793 au 19 septembre 1794, il fut résident de France à Genève, où il entretint un réseau d'agents s'étendant jusqu'en Valais et en Savoie. Partisan d'une annexion de Genève par la France, il soutint les révolutionnaires groupés autour de Jacques de Grenus et fonda avec ce dernier la Société des montagnards sentinelles de la liberté. Il tenta en vain de prêter au soulèvement anti-aristocratique de juillet 1794 une orientation anti-gouvernementale. Bien que Genève exigea plusieurs fois son rappel, S. se maintint jusqu'après la chute de Robespierre grâce à la protection de ce dernier. Après 1795, il travailla en coulisse comme conseiller politique et rédigea divers ouvrages d'histoire littéraire.


Oeuvres
Hist. naturelle de la France méridionale, 8 vol., 1780-1784
Mémoires hist. et diplomatiques de Barthélémy, [1799]
Bibliographie
– A. Mazon, Hist. de Soulavie, 2 vol., 1893
– P. Guichonet, «Cet étonnant Soulavie», in Musées de Genève, 53, 1975
– E. Golay, Quand le peuple devint roi, 2001

Auteur(e): Lucas Chocomeli / VW