Waltram (et clan)

Selon l'hagiographie de saint Gall, W. est le nom du potentat local qui, propriétaire de l'ermitage de Gall et de ses dépendances, les céda vers 720 à titre d'alleu au prêtre Otmar, venu de Rhétie, pour y ériger une abbaye. Selon la chronique de Ratpert, W. est le quatrième d'une série de protecteurs de l'ermitage de Gall, qui commence avec Talto, chambellan du roi Dagobert, plus tard comte de la région et appui du saint. Comme on conserve un acte de 779 par lequel une certaine Waldrata, d'entente avec son fils Waldpert, lègue à l'abbaye de Saint-Gall des biens sis à Romanshorn provenant de l'héritage d'un tribunus W., les historiens ont voulu identifier ce tribun W. avec le W. de Ratpert ou un descendant homonyme et le mettre ainsi en relation avec une lignée issue de Talto. En outre, quatre chartes saint-galloises du milieu du IXe s. localisent des terres à Romanshorn et environs dans la Waldrammishuntari ("centurie de W."). Sur la rive sud du lac de Constance, le titre de tribunus, hérité de l'Antiquité tardive, semble être encore au milieu du IXe s. le terme local usuel pour le centurio ou le iudex de la nomenclature officielle, soit un subordonné du comte, apte à présider le plaid à sa place. Dans les chartes saint-galloises, le prénom dynastique W. apparaît fréquemment, porté tant par des laïques que par des moines. Ekkehard IV (Casus sancti Galli) parle d'un doyen W., "du clan de W. et Notker, qui ont donné leur nom à certains de nos alpages". Et en effet, vers 845, un W. lègue des terres sises à Waltrammeswilare et au Waltrammesperc; mais l'emplacement précis de ces lieudits reste inconnu.


Bibliographie
– U. May, Untersuchungen zur frühmittelalterlichen Siedlungs-, Personen- und Besitzgeschichte anhand der St.-Galler Urkunden, 1976, 45-55
– H.F. Haefele, H. Steiner, «Die Waldram-Familie und ihre Rolle in der Frühgeschichte St. Gallens», in SVGB, 118, 2000, 1-15

Auteur(e): Hannes Steiner / PM