15/07/2005 | communication | PDF | imprimer

Chironico

Comm. TI, distr. de la Léventine. Village situé à 786 m sur la rive droite de la moyenne Léventine; son vaste territoire montagneux s'étend de la rivière Tessin (la Biaschina est à 450 m) au Pizzo Campo Tencia (3072 m) qui domine le cirque du val Piumogna. 1202 Cuirono. 233 feux en 1567, 565 hab. en 1745, 829 en 1850, 1041 en 1880, 855 en 1900, 548 en 1950, 393 en 1990, 403 en 2000. Le village de C. est construit sur une terrasse formée à l'époque préhistorique par un éboulement du versant opposé. La commune comprend les hameaux de Grumo et de Nivo, ce dernier étant seul à être situé au fond de la vallée. Sur des replats se trouvent Cala, Doro, Olina, Osadigo et Chiesso; il est impossible de savoir si ces hameaux, d'accès malaisé et entourés de terres presque abandonnées, étaient des mayens ou de véritables villages. Gribbio est le seul à avoir une route d'accès. Ces hameaux, dotés de chapelles construites entre le XVIe et le XVIIIe s., étaient jadis occupés une grande partie de l'année, peut-être en permanence au Moyen Age. Certains sont aujourd'hui des lieux de villégiature et jouent un rôle capital dans la vie économique et sociale du village. De l'ancienne communauté de C., qui comptait quatre ou cinq circonscriptions (degagne), subsistent six communes bourgeoises propriétaires d'alpages en partie abandonnés. Au centre du village, avec ses maisons de bois typiques construites en madriers, se trouvent la petite église médiévale Saint-Ambroise (deux absides et fresques remarquables) et la Torre dei Pedrini, tour d'habitation de six étages datant vraisemblablement de la première moitié du XIIIe s. A l'écart du village, l'église paroissiale Saint-Maurice, également d'origine médiévale, conserve quelques témoignages d'émigrants, aubergistes à Venise, ainsi qu'un précieux martyrologe des XIVe-XVe s. Au Moyen Age, le principal chemin muletier de la vallée passait par C. Durant des siècles, une grande partie des habitants ont émigré, d'abord vers l'Italie puis, dès le XIXe s., vers la France et l'Angleterre.


Sources imprimées
MDT, série 1
Bibliographie
– Bianconi, Inventario
– V. Gilardoni, Il Romanico, 1967
– W. Meyer, Castelli del Ticino e del Grigioni Italiano, 1982

Auteur(e): Mario Fransioli / LT