Quartéry, de

Famille noble de Saint-Maurice, l'une des plus illustres du Bas-Valais, connue dès le XIIe s. Pierre acquit la bourgeoisie de Saint-Maurice en 1283. Jusqu'à la fin de l'Ancien Régime, la famille compta de nombreux clercs, secrétaires des comtes de Savoie, notaires, châtelains, lieutenants gouvernaux, officiers au service de France, du Piémont, d'Espagne et du Saint-Siège. Elle possédait des fiefs dans tout le Valais romand, notamment le vidomnat de Massongex (1606-1798), la seigneurie de Marclay en Chablais (1609-1645), le fief de Neuvecelle (1723-1798). De 1570 à 1798, les abbés de Saint-Maurice l'investirent souvent de la charge de grand châtelain des seigneuries abbatiales. En 1600, le duc de Savoie accorda à Antoine ( -> 2), Jacques et Jost une lettre de noblesse, confirmée à Jacques par l'évêque de Sion en 1617. En 1816, le roi Victor-Emmanuel Ier octroya à Jacques ( -> 3) le titre de comte. La famille compta une quinzaine d'ecclésiastiques, dont deux abbés de Saint-Maurice, Georges, de 1618 à 1640, et Jean Jodoc ( -> 4). On note aussi de nombreux officiers et hommes politiques, Antoine déjà cité, Jacques (1578-1638), son frère, qui acheta de nombreux fiefs à Vouvry, Illiez, Saint-Maurice, Charmottaz (Bouveret) et le vidomnat de Massongex. Joseph-François-Emmanuel-Philibert (1681-1738), dit le Grand Vidomne, rebâtit l'hôtel de ville de Saint-Maurice après l'incendie de 1693 et acheta le fief de Neuvecelle; Louis-Antoine (1737-1828), châtelain de Saint-Maurice (1776-1790), châtelain abbatial de Salvan (1774-1798), et dernier vidomne de Massongex, fut chargé d'affaires du résident de France. Les Q., alliés à toutes les familles importantes du Bas-Valais, ainsi qu'aux Stockalper, Preux et Kuntschen du Haut-Valais, s'éteignirent en ligne masculine avec Adrien ( -> 1), ingénieur, en ligne féminine avec sa fille Marie-Thérèse (1864-1941).


Bibliographie
Almanach généal. suisse, 7, 879-888
Armorial valaisan, 1946, 203-204
Ann. val., 1971, 326-329
Nouvel armorial valaisan, 2, 1974, 182
– Biner, Autorités VS, 354

Auteur(e): Ignace Carruzzo