Illens, d'

Famille de ministériaux fribourgeois, apparue avec le chevalier Hugo (décès1174). On peut citer Pierre, châtelain de Rue (mentionné en 1305/1309), le légiste Aymon (1356 et 1396), Richard, châtelain de Montsalvens (1420), François, procureur du comte Jean II de Gruyère (1533), et parmi les ecclésiastiques Henri, prieur de Rüeggisberg (1325-1335), Nicolas, abbé de Hautcrêt (1335-1347), Isabelle, abbesse de la Fille-Dieu (1432-1447) et Marguerite ( -> 2). Les d'I. eurent occasionnellement des terres à Saint-Martin-de-Vaud, Villariaux, Billens, Cugy, La Molière, Ménières et Font. Bienfaiteurs des abbayes de Hautcrêt et Hauterive, ils étaient apparentés avec les familles d'Estavayer, Mayor, Châtillon, Métral, de la Molière, de Loys et Praroman. Vraisemblablement construit au XIIe s. et détruit en 1475 lors des guerres de Bourgogne, leur château fort leur échappa au XVe s. pour devenir le siège des détenteurs de la seigneurie d'I. A côté de la branche de Fribourg, catholique, éteinte au XVIIe s., une branche protestante apparaît au XVIe s. à Lausanne, où Jean est reçu bourgeois en 1544. Guillaume et Claude, impliqués dans la conjuration de Daux, durent s'exiler. Leur frère Jacques resta à Lausanne, où ses descendants furent notaires et exercèrent des charges administratives au XVIIe s. Louis ( -> 1) émigra à Marseille et connut un succès éphémère dans le commerce au long cours. La branche lausannoise s'éteignit en 1880 avec Georgine.


Fonds d'archives
– Fichier de Vevey, AEF
Bibliographie
– B. de Vevey, «Illens», in Châteaux et maisons fortes du canton de Fribourg, 1978, 183-190
HS, III/3, 166-167, 682; III/2, 677-678
– O. Pavillon, «D'Illens, van Berchem, Roguin et Cie», in RHV, 2004, 123-146

Auteur(e): Hubert Foerster / PM