No 2

Englert, Giuseppe G.

naissance 22.7.1927 à Fiesole (Toscane),décès 29.3.2007 à Paris, de Bâle. Fils de Theodor Joseph, ingénieur, et de Georgine Vermeer, pianiste. ∞ 1954 Jacqueline Marchal, fille d'André. Gymnase à Ascona et Einsiedeln. Etudes de composition et d'orgue (diplôme de professeur de théorie) au conservatoire de Zurich (1945-1948). Après s'être établi à Paris (1949), E. enseigna l'orgue chez son futur beau-père. A partir de 1955, il prit part aux cours internationaux d'été de musique nouvelle à Darmstadt. Chargé de cours pour l'improvisation, la composition, l'électroacoustique et l'informatique musicale à l'université de Paris VIII (1970-1992). Depuis 1975, E. composa avec des ordinateurs et des synthétiseurs. Selon lui, la musique devait aussi réserver une place à l'individu et au hasard (mais avec une position de départ clairement définie). Parmi ses œuvres, il faut citer la cantate Au jour ultime liesse (1961-1963), le quatuor La joute des lierres (1965-1966), Les dits d'Amenhotep XIX (1980) pour synthétiseurs, l'œuvre orchestrale Babel (1981-1982) et la composition à l'ordinateur Sopra la Girolmeta (1991).


Fonds d'archives
– Fonds, ZBZ
Bibliographie
Compositeurs suisses de notre temps, 31993 (avec liste des œuvres)
Der Bund, 22.7.2002

Auteur(e): Helga M. Craubner / FS