Chexbres, de

Famille de la petite noblesse vaudoise. Ministériaux de l'évêque de Lausanne, ils détenaient la majorie de C., dont les droits s'étendaient à toute la paroisse de Saint-Saphorin (Lavaux). Attestés dès l'épiscopat de Guy (1134-1143), les majors de C. se distinguent des autres ministériaux de la région et forment une petite dynastie: Pierre, Raymond, Bouchard, Anselme se succèdent du second tiers du XIIe s. au milieu du XIIIe s. Ils détiennent des fiefs, portent le titre de chevalier, voire celui de seigneur, et font entrer à deux reprises un fils comme moine à Hauterive (FR). Après 1249, leurs droits passèrent à Hugues, seigneur de Palézieux, qui avait épousé Jacobette, fille du major Anselme. Après la débacle financière des Palézieux, la majorie fut rachetée par les évêques de Lausanne entre 1294 et 1303.


Bibliographie
– J. Gumy, Regeste de l'abbaye de Hauterive de l'ordre des Cîteaux, 1923, 855
– G. Castelnuovo Seigneurs et lignages dans le Pays de Vaud, 1994, 225 (ital. 1990)
– J.-D. Morerod, Genèse d'une principauté épiscopale, 2000

Auteur(e): Jean-Daniel Morerod