Pianezzo

Ancienne commune TI, district de Bellinzone, depuis 2017 partie de la commune de Bellinzone avec Camorino, Claro, Giubiasco, Gnosca, Gorduno, Gudo, Moleno, Monte Carasso, Preonzo, Sant'Antonio et Sementina. A l'entrée du val Morobbia, le territoire communal comprenait le hameau de Paudo qui domine le village. 1382 Planezio. 202 hab. en 1671, 197 en 1769, 328 en 1850, 342 en 1900, 278 en 1950, 383 en 1990, 489 en 2000. Une importante nécropole de l'âge du Fer que l'on peut rattacher à la civilisation de Golasecca et qui révèle des contacts avec des populations alpines, a été découverte en 1905. A l'est de la localité se trouvent des ruines médiévales qui devaient sans doute faire partie d'un ouvrage fortifié ou d'un péage d'origine romaine ou préromaine. Au XVe s., le chapitre de Saint-Pierre de Bellinzone y possédait des vignes et des biens-fonds avec des constructions de diverses natures. La squadra (circonscription) ou hameau de P. fit partie de l'ancienne commune médiévale, puis dès 1803 de la commune politique de Vallemorobbia; en 1831, celle-ci fut divisée en trois entités autonomes: P., Sant'Antonio et Vallemorobbia in Piano. Au spirituel, P. dépendit jusqu'en 1600 de l'église mère de Bellinzone, puis de l'église Saints-Jacques-et-Philippe, construite au XVIe s. sur les restes d'un édifice de culte plus ancien (restaurations dans les années 1960 et en 2002-2003) et devenue paroissiale en 1680. L'architecture rurale, caractéristique du val Morobbia, est encore visible dans quelques tours d'habitation au centre du village. L'économie traditionnelle reposait sur l'agriculture et l'élevage; la culture de la vigne reste une activité accessoire. P. compte de nombreuses résidences secondaires. Au début du XXIe s., les navetteurs en direction de Bellinzone et Giubiasco constituaient plus des trois quarts de la population active.


Bibliographie
– A. Crivelli, Atlante preistorico e storico della Svizzera italiana, 1943 (reprint et mise à jour 1990)
– Gilardoni, Inventario, 256-258
– V. Gilardoni, Il Romanico, 1967, 476-477

Auteur(e): Graziano Tarilli / DW