16/10/2012 | communication | PDF | imprimer | 

Hunwil, von

Famille de ministériaux connue à Lucerne, Obwald et Aarau entre le XIIIe et le XVe s., dont la résidence ancestrale était probablement le domaine de H., près de Römerswil, district de Hochdorf. En 1236, les frères Heinrich et Ulrich renoncèrent au domaine que les barons von Eschenbach leur avaient donné en gage. Les liens de parenté avec la famille d'ammans de Lucerne, qui joua un rôle important au début de l'histoire de la ville, ne sont pas établis. Il est possible que la charge héréditaire d'amman ait été attribuée pour la première fois aux H. en la personne de Konrad, cité en 1231 et 1234, et qu'ils firent ainsi partie des hautes sphères de la bourgeoisie jusque vers 1300. Johann, fait chevalier, mentionné de 1257 à 1261, et ses descendants furent certainement des ministériaux de l'abbaye de Murbach. En 1323, le chevalier Walter, attesté de 1300 à 1328, vendit la charge d'amman au duc Léopold d'Autriche.

Les H. d'Obwald et d'Argovie sont les descendants de la lignée de Lucerne. Ils sont cités pour la première fois en 1304 à Obwald, où le chevalier Heinrich, l'un des frères de l'amman Walter, apparaît à la tête des autorités. C'est lui qui aurait fait construire le château fort des H. à Giswil. Il semble que la charge d'amman ait appartenu à la famille pendant plus d'une cinquantaine d'années, occupée successivement par les fils de Heinrich, Peter ( -> 4) et Heinrich ( -> 2), par le fils de Peter, Georg ( -> 1), par son petit-fils Walter ( -> 5) et par le beau-père de Walter, Rudolf von Halten. Les relations familiales des H. s'étendaient de Lucerne à l'Oberland bernois, en passant par Nidwald et Uri. Avec Georg, les H. connurent l'apogée de leur pouvoir à Obwald. En 1381, deux arbitrages mirent fin à l'affaire de Ringgenberg d'une part, et aux querelles à propos d'alpages avec l'Entlebuch d'autre part. Sur ce, la landsgemeinde commune d'Obwald et de Nidwald du 14 février 1382 déclara la famille H. et sa parenté (Walter von Tottikon et Johann von Waltersberg) exclue à perpétuité de toute charge politique. La fraction paysanne de la caste dirigeante écartait ainsi du pouvoir politique ses concurrents ministériaux, issus de la noblesse. Les H. quittèrent Obwald et devinrent bourgeois de la ville de Lucerne, où Walter occupa à nouveau des fonctions politiques. Les filles de Walter, Paula et Gertrud, s'allièrent à des familles dirigeantes de Berne et de Zurich. La lignée s'éteignit en 1474 avec Heinrich ( -> 3), avoyer, fils de Walter.

Une autre branche de la famille vécut à Aarau au XIVe s. En 1324, Johann, mentionné encore en 1337 et 1340 comme propriétaire et en 1341 comme témoin à Lucerne, déménagea à Aarau, où il apparaît comme témoin en 1340 et en 1343 (écuyer) et où il vécut jusqu'en 1367 au moins. Ses fils Johann, Walter et Heinrich sont cités comme bourgeois d'Aarau dès 1367. La lignée masculine de cette branche semble s'éteindre en 1414 avec l'écuyer Walter.


Bibliographie
– W. Merz, Wappenbuch der Stadt Aarau, 1917, 130
– B. Stettler, «Die Herren von Hunwil im Land Obwalden», in Gfr., 126/127, 1973/1974, 5-32
– J.J. Siegrist, «Zur Entstehung und frühen Entwicklung der Stadt Luzern», in Luzern 1178-1978, 1978, 115-129
– R. Sablonier, «Innerschweizer Gesellschaft im 14. Jahrhundert», in Innerschweizer und frühe Eidgenossenschaft, 2, 1990, 10-233
– A. Garovi, Obwaldner Geschichte, 2000

Auteur(e): Roland Sigrist / MBA