25/03/2010 | communication | PDF | imprimer | 

Lumbrein [Lumbrins, Lumerins], von

Famille dirigeante grisonne, de ministériaux au Moyen Age et de magistrats de la République des III Ligues aux XVe  et XVIe s. La tour de Casti, à la limite sud du village de L., lui servit d'abord de résidence. Henricus de Lumarins est témoin de l'abbaye de Saint-Lucius en 1231. Konrad fut abbé de Disentis de 1239 à 1247. Albertus, en 1281, puis Buchardus et Redulfus de L., en 1298, sont mentionnés comme témoins dans la vallée du Rhin antérieur et dans le val Blenio (où les da Torre leur étaient apparentés). Entre 1371 et 1511, les L. furent baillis épiscopaux de la Lumnezia. En 1377, un advocatus de Lumerins fonctionna à Sagogn comme bailli de tous les sujets de l'évêque résidant dans la vallée du Rhin antérieur (Müntinen). Vers 1410, les L. revendiquèrent des droits sur les forteresses de Rietberg et de Baldenstein, dans le Domleschg. Leur influence politique atteignit son apogée en 1429 quand ils achetèrent aux Werdenberg le château fort et la seigneurie de Löwenberg, qu'ils conservèrent jusqu'en 1489. Cette acquisition renforça leur position au sein de la Ligue grise, à laquelle ils donnèrent plusieurs présidents, dont le premier, Hans de L., en fonction déjà lors du serment fondateur de 1424 à Trun. Le capitaine Benedikt, président en 1451-1452, scella le pacte du 2 mai 1451 avec l'Engadine et, en deuxième rang après l'abbé de Disentis, celui de 1471 avec la Ligue des Dix-Juridictions. Son fils Hans, président en 1484-1485, scella en 1497 l'alliance avec les sept cantons confédérés et prit part à la bataille de Calven, où il dirigea, avec Wilhelm Rink, la colonne qui effectua la manœuvre de contournement décisive; il fut bailli (durant neuf ans) et banneret (1491-1499) de la Lumnezia. Malgré leurs alliances (avec les Capaul, Mont, Valendas, Fontana et Planta), les L. de la Lumnezia succombèrent après 1500 devant leurs rivaux de toujours, les Mont de Vella, auxquels ils avaient cédé en 1489 déjà la seigneurie de Löwenberg. La tour de L. revint aux Capaul. Refusant le service étranger, donc privés de pensions, ils s'appauvrirent par comparaison avec d'autres familles. A partir de 1511, ils ne revêtirent plus aucune fonction dirigeante. Cependant, une branche qui s'était établie vers 1450 à Trun et à Zignau, après un passage à Ilanz, fournit encore trois présidents de la Ligue grise: Hug, Gaudenz ( -> 1) et Konrad ( -> 2). Les actuelles familles Lombris et Lombriser descendent probablement de la lignée de Trun.


Bibliographie
– P.E. Grimm, Die Anfänge der Bündner Aristokratie im 15. und 16. Jahrhundert, 1981
– A. Maissen, Die Landrichter des Grauen Bundes, 1424-1799, 1990

Auteur(e): Martin Bundi / OME