Gessler

Consultez cet article sur le nouveau site web du DHS (version bȇta)

Famille argovienne de ministériaux habsbourgeois (G. von Meienberg und Brunegg), originaire de Wiggwil (comm. Beinwil), mentionnée du XIIIe au XVe s. Apparus avec Ulrich (attesté de 1250 à 1279), qui s'établit en 1251 à Meienberg, siège d'un bailliage habsbourgeois, les G. commencèrent avec Johannes Ier (attesté de 1309 à 1315) une ascension rapide qui les amena à revêtir de hautes charges au service de l'Autriche (conseillers ducaux, officiers à la cour, délégués et baillis). Ainsi leur principal représentant, Heinrich III, attesté de 1359 à 1408, fut chambellan du duc Léopold III, conseiller ducal, bailli en Argovie (1386), en Thurgovie et en Forêt-Noire (1387). Ils se forgèrent entre 1359 et 1405 une position enviable dans les territoires habsbourgeois au sud du Rhin, comme détenteurs de fiefs, de gages et des bailliages de Meienberg (1359-1415), Richensee (1370/1386-1415), Grüningen (1374-1408), Muri et Hermetschwil (1379-1415). Plus brièvement, ils furent baillis de l'Eigenamt (av. 1394-1397), reçurent en gage le château fort de Schenkenberg et le bailliage de Bözberg (apr. 1398-1407), la forteresse de Rheinfelden, le comté du Fricktal et le bailliage de Homberg (1403-1404). Ils acquirent le bailliage de Feldkirch (1398-1402/1405?) et le ressort du château fort de Rapperswil (1396 et 1406); ils possédaient les châteaux forts de Neukrenkingen dans le Klettgau (av. 1354-1359) et de Gutenburg dans le Bade (1393-1405), ainsi que des fiefs autrichiens dans le Tyrol (1370-1371).

Les G. résidèrent à Neukrenkingen, à Grüningen, ainsi qu'à Brunegg (av. 1395-1440), dont ils joignirent le nom à leur patronyme. Ils s'allièrent aux Mülinen, Ellerbach, Küngstein (Kienberg), Wagenberg, Klingenberg, Friedingen et Freiberg. Ils se faisaient inhumer au couvent de Kappel. Vers la fin du XIVe s., les luttes entre Habsbourg et Confédérés rendirent leur situation économique précaire. En 1408, ils vendirent à Zurich la seigneurie de Grüningen. En 1415, Lucerne et les Confédérés occupèrent leurs possessions dans le sud de l'Argovie. Ces terres seront âprement disputées, pendant plusieurs années, entre les G., les Friedingen de Hohenkrähen dans le Hegau (leurs parents par alliance) et les Confédérés. La famille s'éteignit en ligne masculine probablement avec Georg (décès1486).

Leurs liens privilégiés avec l'Autriche valurent aux G. l'inimitié des Suisses. C'est pourquoi les chroniqueurs du XVe s. donnèrent leur nom au bailli orgueilleux de la légende de Guillaume Tell (Mythes fondateurs).


Bibliographie
– E.L. Rochholz, Die Aargauer Gessler in Urkunden von 1250 bis 1513, 1877
– E.L. Rochholz, Tell und Gessler in Sage und Geschichte, 1877
– A. Bickel, Die Herren von Hallwil im Mittelalter, 1978, 224-225
– G.P. Marchal, Sempach 1386, 1986
– P. Niederhäuser, «Adel und Habsburg - habsburgischer Adel?», in MAGZ, 77, 2010, 160-163

Auteur(e): Veronika Feller-Vest / PM