Haller [von]

Famille patricienne bernoise, encore vivante, issue du chaudronnier Hans, bourgeois de Wil (SG), père du réformateur Johannes ( -> 27), pasteur à Berne et Zurich, dont un fils, Johannes ( -> 28), fut le premier H. reçu à la bourgeoisie de Berne en 1548 (corporation des Tanneurs), tandis qu'un autre, Wolfgang, fit souche à Zurich, où il devint prévôt du Grossmünster (lignée éteinte au XVIIe s.).

Des fils du Johannes bourgeois de Berne descendent deux branches: celle du petit conseiller Sulpitius (1552-1592), représentée au Grand Conseil et parfois au Petit, donna plusieurs baillis et s'éteignit au XIXe s. Celle du pasteur Johann (1546-1595) se divisa, avec Johann (décès1639), Berchtold (décès1659) et Emanuel (1613-1661) en trois rameaux, dont les deux premiers furent de vraies dynasties de pasteurs. Le deuxième, encore vivant, compte aussi des architectes, comme Albrecht Carl ( -> 4).

Dans le troisième, on distingue une branche aînée et une cadette, toutes deux encore vivantes. La première, à laquelle appartient le conseiller national Armin ( -> 6), remonte à Niklaus Emanuel (1704-1779); beaucoup de ses membres furent comme lui imprimeurs, mais aussi médecins (au XIXe s.), tel Bernhard Friedrich ( -> 9), cadres moyens, fonctionnaires, artisans ou commerçants (aux XIXe et XXe s.); certains émigrèrent aux Etats-Unis ou au Brésil. La seconde a ajouté à son nom la particule "von" ou "de" depuis l'anoblissement de son fondateur Albert ( -> 2), le célèbre savant, par l'empereur François Ier (1749); elle siégea au Grand Conseil au XVIIIe s., sous la Médiation et sous la Restauration. Certains de ses membres s'illustrèrent au service étranger, tel Rudolf Emanuel ( -> 36) ou quittèrent Berne. Karl Ludwig ( -> 30) fut député au Grand Conseil soleurois; les descendants de Franz Albrecht (décès1851) s'établirent à Lausanne et Genève et furent proportionnellement plus nombreux que dans la branche aînée à acquérir une formation supérieure. Outre le diplomate Edouard ( -> 13), ils donnèrent des pasteurs, des médecins, des juristes et surtout des ingénieurs.


Fonds d'archives
– AFam Haller-Müslin, BBB
Bibliographie
– von Rodt, Genealogien, 3, 13-53

Auteur(e): Hans Braun / PM