Roggwil (BE)

Comm. BE, distr. d'Aarwangen, arrondissement administratif de Haute-Argovie, entre la Rot et la Langeten, comprenant le village de R., le hameau de Kalteherberge et des fermes isolées. 949 Rocchonuuillare. 800 hab. en 1764, 1739 en 1850, 2240 en 1900, 3220 en 1950, 3600 en 2000. Vestiges de l'époque romaine (identification parfois incertaine) au Friberg (monnaies, tronçon de route), à la Heidengässchen (monnaies), au Hagelberg (probables traces d'habitat) et dans la gravière (pierres de meules à main), murs indéterminés vers l'église. La forteresse de Chülperg remonte au Moyen Age classique, époque à laquelle R. faisait partie de la seigneurie des barons de Bechburg, dont une branche se nommait probablement chevaliers de R. Ceux-ci figurent parmi les premiers donateurs de l'abbaye de Saint-Urbain qui, par des donations et des achats, fit du domaine qu'elle exploitait initialement à R. une seigneurie foncière et judiciaire d'un seul tenant (avant 1250). Pour l'alimentation en eau, la Langeten fut détournée vers son lit actuel, qui court à l'est vers la Murg. Après avoir acquis des Kibourg le landgraviat de Bourgogne en 1406, Berne réorganisa les droits de juridiction sur R. en 1413 dans un accord passé avec Saint-Urbain: les compétences judiciaires du couvent furent fortement réduites, R. forma dès lors une basse juridiction avec Wynau, dépendant du bailliage bernois de Wangen, puis de celui d'Aarwangen (1580-1590). A la suite de conflits, les droits de la commune sur l'exploitation du bois dans les forêts de l'abbaye furent consignés au XVe s. (terriers de 1441-1480 et 1494). L'église, mentionnée en 1201, était une filiale de celle de Wynau. R. fut érigé en paroisse en 1664 avec Balzenwil, Gruben et Walliswil (jusqu'en 1824). Le temple fut construit en 1664-1665, l'église catholique en 1973, l'église néoapostolique en 1985.

En 1798, sous l'Helvétique, R. souhaitait son rattachement au canton d'Argovie, mais fut attribué au district bernois de Langenthal, puis passa en 1803 au district d'Aarwangen (avec Wynau jusqu'en 1820). En 1798, R. céda Sängi à la commune d'Untersteckholz. Aux XVIIIe et XIXe s., la population, essentiellement agricole, trouva de nouvelles ressources dans le tissage à domicile. Les raccordements à la ligne ferroviaire Olten-Berne (1857) et à la ligne à voie étroite Langenthal-R.-Melchnau (1917) favorisèrent l'industrialisation (tissage du coton en 1862, tuileries et briqueteries en 1904, fabriques de machines en 1924). Au XXe s., l'agriculture devint marginale; en 2005, les secteurs secondaire et tertiaire représentaient 48% des 1269 emplois de la commune. Le patrimoine bâti comprend des fermes, des bâtiments artisanaux et industriels, ainsi que des logements ouvriers (construits dès 1870 dans de nouveaux quartiers comme le Rotbrüsteli); les fabriques sont situées principalement dans le quartier industriel de Brunnmatt. La croissance de la commune a nécessité le développement des infrastructures (école secondaire en 1962, maison de commune en 1965, home pour personnes âgées en 1985, petite centrale électrique communale en 1987).


Bibliographie
Chronik der Gemeinden des Kantons Bern, 1, 1951, 160-163
– K.H. Flatt, Die Errichtung der bernischen Landeshoheit über den Oberaargau, 1969
Der Amtsbezirk Aarwangen und seine Gemeinden, 1991
– M. Fischer et al., Bauinventar der Gemeinde Roggwil, 1994
– S. Kuert, Roggwil im Wandel der Zeit, 2006

Auteur(e): Anne-Marie Dubler / MBA