24/01/2006 | communication | PDF | imprimer

Dorf

Comm. ZH, distr. d'Andelfingen, à l'entrée du Flaachertal. 1044 (copie de 1347) Dorf. 50 hab. en 1467, 187 en 1634, 413 en 1850, 336 en 1900, 280 en 1970, 593 en 2000. Habitat du Bronze final près de l'église. Sur une hauteur à l'est du village se trouve dès le bas Moyen Age la résidence des seigneurs de Goldenberg. L'abbaye d'Allerheiligen, le couvent de Töss et les Kibourg eurent des terres à D. Au Moyen Age, les droits seigneuriaux étaient morcelés. Une partie des basse et haute justices relevait du bailliage habsbourgeois d'Andelfingen, qui passa à la ville de Zurich en 1434. Aux XIIIe et XIVe s., le couvent de Töss parvint à réunir, grâce à des dons et à des échanges, un groupe de cinq domaines, attesté en 1538. Selon un document de 1408, il faisait exercer ses droits sur place par les seigneurs de Gachnang-Goldenberg. L'abbaye d'Allerheiligen détint aussi des droits de bailliage, dès 1335. En creusant le sol de l'église, on mit au jour en 1966 un sanctuaire roman, qui apparaît dans les sources (vers 1360) comme une filiale de l'église paroissiale d'Andelfingen. Sécularisée pendant la Réforme, l'église fut rendue au culte en 1580. D. fut érigé en paroisse en 1699.

En 1247, D. est désigné comme une villa. La communauté villageoise apparaît en 1453, à l'occasion d'un conflit d'eau. Ses droits de pacage sont mentionnés en 1527, les soles en 1538. L'accès à la bourgeoisie ne fut limité qu'en 1748. D. tirait ses principales ressources de l'agriculture (en 1771, les champs occupaient 52% de la superficie, les prairies 16%, les vignes 7%, la forêt 25 %). On comptait peu d'artisans (un "faiseur de moulins", un forgeron, un tisserand, un tonnelier, un boulanger et un cordonnier en 1771). En 1867, la commune se battit pour obtenir une route à travers le Flaachertal; en 1873, la poste commença à assurer le trajet Henggart-D.-Flaach (elle fut motorisée en 1921). Un remaniement foncier eut lieu entre 1939 et 1947. En 2000, le secteur primaire offrait encore un tiers des emplois, de même que le tertiaire. Deux tiers de la population active travaillaient à l'extérieur.


Bibliographie
– E. Stauber, Geschichte der Kirchgemeinde Andelfingen, 3 vol., 1940-1943

Auteur(e): Martin Illi / WW