No 1

Senger, Alexander von

naissance 7.5.1880 à Genève, décès 30.6.1968 à Willerzell (comm. Einsiedeln), Allemand, de Genève en 1894. Fils de Hugo ( -> 2) et de Mathilde Trampedach. ∞ 1) Nanny Karolina Emma Agthe, de Riga (divorce en 1919), 2) 1919 Léonie Zuberbühler, fille de Jakob, fabricant (divorce en 1942), 3) 1942 Dorothea Maria Charlotte Lange, fille de Heinrich. Etudes à l'EPF de Zurich auprès de Gustav Gull (diplôme en 1904), suivies de séjours d'études à l'étranger. S. gagna, avec Richard Kuder, le deuxième prix du concours de la nouvelle gare de Saint-Gall (1907). Malgré des oppositions, il obtint le mandat qu'il exécuta de 1911 à 1913. Parallèlement, il réalisa le bâtiment administratif de la Compagnie suisse de réassurance au Mythenquai à Zurich, également en style néobaroque. Dans les années 1920 et 1930, S. mena une lutte acharnée contre le modernisme dans les arts plastiques et l'architecture en Suisse, notamment contre Le Corbusier, ce qui entraîna son exclusion de la Fédération des architectes suisses (1923). Dans ses publications, il prétendit à plusieurs reprises que l'ensemble de l'architecture moderne était sous l'influence du communisme. En 1931, il fut l'un des cofondateurs du Kampfbund deutscher Architekten und Ingenieure. En 1934, S. et sa femme furent condamnés à Bâle comme indicateurs au profit de l'Allemagne nazie et expulsés de Suisse. Après la parution en 1935 de son livre Rasse und Baukunst, il fut nommé professeur ordinaire à l'école polytechnique de Munich (1936). Il revint en Suisse en 1945. Dans un ouvrage publié en 1964, Mord an Apollo, il régla ses comptes avec le dadaïsme, le Bauhaus, Le Corbusier et la revue L'Esprit Nouveau, tout en redonnant libre cours à ses idées racistes.


Bibliographie
– B. Miller Lane, Architektur und Politik in Deutschland 1918-1945, 1986 (angl. 1968)
Architektenlex., 494

Auteur(e): Daniel Studer / MBA