03/02/2011 | communication | PDF | imprimer
No 1

Pisoni, Gaetano Matteo

L'édition imprimée de cet article comporte une image. Commandez le DHS chez notre éditeur.

naissance 18.7.1713 à Ascona,décès 4.3.1782 à Locarno, sépulture église de la Chiesa Nuova, cath., d'Ascona. Fils de Giovanni Battista et d'Anna Daria Vacchini, tous deux issus de familles d'artistes. Apprentissage de maçon à Breitenwang (Tyrol, 1729-1732), formation d'architecte à l'académie de Saint-Luc à Rome (1735-1740), séjour à Milan (1740-1745). Recommandé par le marquis Antoniotto Botta-Adorno, P. fut appelé à Bruxelles en 1750 par l'évêque de Namur pour la réalisation de la cathédrale de cette ville (1751-1767). Il fit aussi des plans pour le palais des ducs de Brabant à Bruxelles et pour l'église Saint-Jean-l'Evangéliste de Liège (1751). Botta-Adorno offrit à P., encore aux Pays-Bas autrichiens, un emploi fixe d'architecte auprès du prince Wenzel von Liechtenstein à Vienne. De 1753 à 1756, les activités de P. furent essentiellement consacrées à des rénovations d'édifices dans la région de Vienne. P. voyagea ensuite à Milan, Dresde et Rome où le pape Clément XIII le fit en 1760 chevalier de l'Eperon d'or. Sur recommandation du bailli soleurois de Locarno, P. vint en 1763 à Soleure avec son neveu Paolo pour faire l'expertise du chantier de la nouvelle église Saint-Ours entrepris par Jakob Singer selon les plans d'Erasmus Ritter. Son jugement fut si négatif que les deux hommes quittèrent Soleure et que P. et son neveu reprirent le projet, menant à bien la construction de l'édifice. De Soleure, P. fut appelé par la ville de Delémont pour l'église Saint-Marcel, puis par celle de Zurich pour les coupoles des tours du Grossmünster et la construction de l'orphelinat. Saint-Ours non encore achevée, les deux P. furent remerciés pour des raisons économiques; ils revinrent à Ascona à la fin de 1770. Saint-Ours est indéniablement le chef-d'œuvre de toutes les églises construites par P. Ses réalisations, représentatives du classicisme baroque tardif d'influence romaine, n'eurent pas de continuateurs et n'exercèrent aucune influence en Suisse.


Bibliographie
– H.-R. Heyer, Gaetano Matteo Pisoni, 1967
– G. Carlen, Kathedrale St. Ursen Solothurn, 31993

Auteur(e): Hans-Rudolf Heyer / DVU