Albertolli, Giocondo

naissance 24.7.1742 à Bedano, décès 15.11.1839 à Milan, cath., de Bedano. Fils de Francesco Saverio, architecte, et de Margherita De Giorgi. ∞ Marta Caterina De Giorgi, dont il eut quinze enfants. Architecte, ornemaniste, sculpteur, il est le fondateur de la dynastie des A. actifs à Brera. Il fit ses premières études dans un collège d'Aoste, où travaillait son père. Envoyé à 11 ans à Parme auprès de son oncle, le sculpteur Ferdinando A., il suivit, sous la direction de l'abbé Giuseppe Peroni, des cours de plastique, de dessin et d'architecture à l'académie des beaux-arts. A Parme, A. subit en particulier l'influence d'Ennemond-Alexandre Petitot, architecte des constructions ducales. Il vécut une dizaine d'années dans cette ville, où il exécuta de nombreuses décorations en stuc dans plusieurs églises ainsi que les figures de l'arc de triomphe dessiné en 1769 par Petitot en l'honneur des souverains Ferdinand et Marie-Amélie. Appelé à Florence pour décorer la villa de Poggio Imperiale, il fut profondément attiré par la Renaissance toscane; pendant les années de son séjour florentin (1770-1773), il se rendit également à Rome et à Naples, où il fit la connaissance des architectes Vanvitelli qui le mirent en contact avec leur élève Giuseppe Piermarini. Ce dernier fit venir A. à Milan pour décorer les appartements du Palais royal (1774). La collaboration entre les deux hommes, qui dura près de vingt ans, domina l'architecture, la décoration et l'urbanisme lombards de l'époque. A. fut l'un des fondateurs de l'académie de Brera (1775) dont il dirigea l'école d'ornementation pendant trente-sept ans; son enseignement fut aussi diffusé par des gravures publiées entre 1782 et 1805. Après avoir laissé sa chaire à son neveu Ferdinando (1812), A. continua de diriger les concours annuels de l'académie. De 1807 à 1814, il fut membre de la commission du Pubblico Ornato, qui contrôlait toute la construction milanaise et imposa le style néoclassique dans la ville. Pendant ses dernières années d'activité, il construisit le palais Melzi à Porta Nuova, l'autel de San Marco à Milan, la villa Melzi à Bellaggio et sa propre maison à Lugano (actuellement siège de la Banque nationale suisse). Recourant à des matériaux et des éléments architecturaux originaux, il déplaça l'oratoire Saint-Antoine du couvent des franciscains de Lugano et le fit reconstruire dans la villa des comtes Andreani à Moncucco di Brugherio près de Monza (1816). Domicilié à Milan, A. retournait régulièrement à Bedano, dans la maison qu'il avait fait édifier vers la fin du XVIIIe s. et qui existe toujours.


Oeuvres
Ornamenti diversi, 1782
Alcune decorazioni di nobili sale ed altri ornamenti, 1787
Miscellanea per i giovani studiosi del disegno, 1796
Corso elementare d'ornamenti architettonici, 1805
Fonds d'archives
– Fonds Albertolli, ASTI
– Dessins, coll. municipale Bertarelli et fonds Maggiolini, château Sforza de Milan
– Gravures, arch. de l'académie de Brera
Bibliographie
– G. Kannès, «Luigi Canonica, Giocondo Albertolli e i primi spunti neogotici e romantici nell'architettura lombarda», in AST, 72, 1977, 171-186
– A. Finocchi, «Disegni di Albertolli nella Raccolta Maggiolini di Milano e all'Archivio Cantonale di Bellinzona», in Il disegno di architettura 2, 1990, 17-20
– F. Cleis et al., Una via milanese per Pietroburgo, 1996
– M. Tettamanti, Giocondo Albertolli disegnatore di mobili, th. Florence, 1996
– A. R. Masiero, «Fondo Albertolli», in Archivi e architetture, éd. L. Tedeschi, 1998, 118-129
DBAS, 15-16 (avec bibliogr.)

Auteur(e): Lucia Pedrini Stanga / CHR