• <b>Vaz</b><br>Sceau de l'abbé de Disentis, bronze doré, seconde moitié du XII<SUP>e</SUP> siècle (Rätisches Museum, Coire). La profondeur des caractères suggère que Walter von Vaz (1185-1200) a substitué son nom "Walterus Desertinensis abbas" à celui de son prédécesseur l'abbé Ugo (vers 1180). Aucune charte authentifiée par l'un de ces deux abbés n'a été conservée.

Vaz, von

Famille de barons aux fonctions comtales, apparue avec Albert Ier et Albert II von Seefelden (Linzgau) en 1134/1137, éteinte en 1337/1338, résidant d'abord au château fort de Nivagl à V./Obervaz, puis à celui de Belfort. Les terres qui formaient le noyau de la seigneurie sont déjà mentionnées dans le Polyptyque rhétique. L'archéologie a montré que Nivagl était l'un des plus anciens châteaux de Haute-Rhétie (Xe s./début du XIe s.), région où les von V. acquirent au cours du temps de vastes territoires et se hissèrent au rang de principale puissance politique, avec le chapitre cathédral de Coire (de 1270 env. à 1333). Les barons de V. tinrent en gage l'avouerie impériale sur ce chapitre (jusqu'en 1299) et plus tard le comté de Laax (fief impérial de l'Autriche). Ils disposèrent de droits dans le Linzgau (au nord du lac de Constance), liés en majorité à la propriété de l'église paroissiale de Seefelden (liquidés au XIIIe s.). Leurs possessions consistaient essentiellement en alleux, en fiefs du chapitre de Coire, en droits de bailliage et en gages. Ils se faisaient inhumer à l'abbaye de prémontrés de Churwalden.

Walter était en 1158 avoué de l'église de Seefelden (sous le nom de Walter de Sevelt). Il eut pour fils Walter et Rudolf. Ce dernier, présent en 1192 à la cour de l'empereur Henri VI à Haguenau (Alsace), épousa Willibirg, fille du comte Manegold II von (Alt-)Veringen. Son fils Walter se maria avec Adelheid, sans doute baronne de Rapperswil; il vendit ses biens du Linzgau (surtout à l'abbaye de Salem), fit bâtir le château de Belfort et encouragea la fondation du prieuré de prémontrés de Saint-Jacques à Klosters. Rudolf, fils de Walter, apparaît aussi sous le nom "von Rapperswil". Un autre fils, Walter (1216-1254), épousa très probablement une fille du comte Hugo Ier von Montfort; il est le père de Walter ( -> 2), avec qui la maison von V., désormais étroitement liée aux Habsbourg-Autriche, atteignit son apogée. Johannes (cité en 1284-1299), fils de celui-ci, fut placé durant sa minorité, comme ses frères Donat ( -> 1) et Walter (cité en 1289-1295) sous la tutelle du comte Hugo II de Werdenberg-Heiligenberg (un partisan de l'empereur Rodolphe), qui conclut en 1289 un accord avec les Walser de Davos (reconnaissance des tenures héréditaires). En 1299, Johannes céda à l'évêque de Coire l'avouerie sur le chapitre, contre versement de la valeur du gage; il mourut peu après. Donat mena une longue lutte contre l'évêque de Coire. Il perdit en 1333, malgré l'engagement de mercenaires schwytzois, une importante bataille contre l'évêque et une partie de la noblesse grisonne. Par ses filles Kunigunde et Ursula, son héritage passa aux comtes de Toggenbourg et de Werdenberg-Sargans. Le Prättigau central revint aux baillis von Matsch par Margarethe, fille d'un premier lit de Walter ( -> 2). Une autre fille du même Walter épousa en 1308 le baron Walter IV von Eschenbach.

<b>Vaz</b><br>Sceau de l'abbé de Disentis, bronze doré, seconde moitié du XII<SUP>e</SUP> siècle (Rätisches Museum, Coire).<BR/>La profondeur des caractères suggère que Walter von Vaz (1185-1200) a substitué son nom "Walterus Desertinensis abbas" à celui de son prédécesseur l'abbé Ugo (vers 1180). Aucune charte authentifiée par l'un de ces deux abbés n'a été conservée.<BR/>
Sceau de l'abbé de Disentis, bronze doré, seconde moitié du XIIe siècle (Rätisches Museum, Coire).
(...)


Bibliographie
– J.L. Muraro, Untersuchungen zur Geschichte der Freiherren von Vaz, 1972
– H. Gabathuler, «Die Anfänge der Herren von Seefelden-Vaz», in BM, 2010, 51-62
– H. Gabathuler, «Die Vazer Grafen von Rapperswil», in BM, 2010, 388-396

Auteur(e): Jürg Leonhard Muraro / PM