Kaiserstuhl, von

Famille noble, dont sont attestées les trois dernières générations, entre le milieu et la fin du XIIIe s.; sa généalogie est mal connue. Apparentée aux barons de Tengen, peut-être à ceux de Regensberg et de Wart, dont elle serait une branche apparue dans la première moitié du XIIIe s., ainsi qu'aux chevaliers de Teufen, elle avait plusieurs alleux sur les deux rives du Rhin et dans le sud de la Forêt-Noire; elle détenait également l'avouerie sur les biens sis à Fisibach de la prévôté de Wislikofen. En 1254, Rudolf céda presque tout ce qu'il possédait à l'abbaye de Wettingen. Les autres membres de la famille n'eurent guère d'activité visible; à la dernière génération, ils entrèrent presque tous dans les ordres. Il est aujourd'hui contesté que le château fort de K. soit passé aux Regensberg par le mariage d'un des leurs avec l'héritière Adilburg, car l'appartenance de celle-ci à la famille de K. reste hypothétique.


Bibliographie
– W. Merz, «Freie von Kaiserstuhl», in GHS, 1, 398-400; 3, 409 (avec généal.)
– H. Naumann, «Kaiserstuhl», in ZGO, 116, 1968, 165-186
– H. Naumann, «Die Gründung der Stadt Kaiserstuhl», in ZGO, 118, 1970, 67-87

Auteur(e): Franziska Hälg-Steffen / PM