Asuel, d'

Famille noble bourguignonne des XIIe-XVe s., en all. von Hasenburg. Selon un partage successoral du XIIe s., les d'A. descendent des barons de Montfaucon, et non des comtes de Fenis, comme on le pensait autrefois. La seigneurie consistait en terres et droits dans le nord du Jura (région de Delémont-Porrentruy) et autour de Willisau. La généalogie s'établit assez précisément, avec près de cinquante individus sur plus de douze générations. La famille apparaît en 1136 avec Burchardus (Ier) et Henricus de Asuel, ainsi nommés d'après le château fort d'A. Pendant des générations, elle exerça les fonctions d'avoué de l'abbaye de Saint-Ursanne et de sénéchal de l'évêque de Bâle; elle eut des ministériaux (à Boncourt notamment) et le droit de patronage des églises de Charmoille, Willisau et Menznau. Des relations matrimoniales sont attestées au XIVe s. avec les barons d'Aarbourg et les comtes de Thierstein, au XVe s. avec les barons de Rougemont.

La famille joua un rôle influent au XIIe s., avec Hugues ( -> 1). Mais en 1241 Bourcard (IV) était si endetté qu'il dut céder ses dernières possessions à l'évêque de Bâle, qui les lui remit en fief. Les d'A. semblent avoir acquis des droits dans la région de Willisau au début du XIIIe s. Sans doute ces droits ne relevèrent-ils de la seigneurie bourguignonne d'A. que jusqu'au partage successoral de 1285; ils passèrent alors à Aymon (II), fondateur de la branche de Willisau, tandis que son frère Thiébaud héritait des terres jurassienne, d'après le droit bourguignon du puîné (Asuel est mentionné comme avant-cour en 1324, comme ville en 1377). Tout comme, plus tard, Ulrich-Thiébaud de la branche jurassienne, Aymon II entra vers 1302 au service de la maison d'Autriche, lui cédant le château fort de Hasenburg (LU, milieu du XIIIe s.) et ses droit de haute justice et de marché pour pouvoir fonder la ville de Willisau, qu'il tint ensuite temporairement en gage; sa branche, à laquelle appartient probablement Jean d'A., abbé d'Einsiedeln de 1327 à 1334, s'éteignit dans les mâles vers 1341, avec Markwart, dont la fille, Ursula, apporta Willisau aux d'Aarberg-Valangin. Après 1400, à la suite de l'héritage d'une partie de la seigneurie de Rougemont (Doubs), la branche jurassienne se tourna vers la Bourgogne; quelques-uns de ses membres firent partie de l'entourage de Charles le Téméraire. La famille s'éteignit avec Jean-Lutold (décès 1479).


Bibliographie
– A. Bickel, Willisau, 1, 1982, 146-186
– J.-P. Prongué, «Les seigneurs d'Asuel», in Actes SJE, 1996, 229-290

Auteur(e): Franziska Hälg-Steffen / BB