Aarbourg, d' (barons)

Les débuts des barons d'A. (à distinguer des ministériaux d'A.), qui portaient encore au XIIe s. le nom de leur résidence familiale de Büron (LU), restent obscurs. Des liens, peut-être une parenté, avec les comtes de Frobourg, bâtisseurs probables de la forteresse d'A., expliqueraient le changement de nom. Les premiers représentants de la lignée sont mentionnés en 1130: Chono de Bürron et son fils Liutold; ce dernier est le père de Lüthold ( -> 1); un Ulricus clericus nobilis de Arburc sive de Buron est attesté en 1256. La famille posséda du XIIe s. à 1455 la seigneurie de Büron, à laquelle vinrent s'ajouter, au XIIIe s. des fiefs du couvent de Trub dans l'Emmental, au XIVe la seigneurie argovienne de Rued et le bailliage de Grüningen, hypothèque autrichienne. Au XVe s., elle reçut en héritage les seigneuries de Simmenegg, fief d'empire situé dans le Simmental, et de Gutenburg en Haute-Argovie, ainsi que le château de Maienfeld. Thüring ( -> 3), dernier représentant de la famille, acheta la seigneurie de Schenkenberg en 1430. Au XIIIe s., les d'A. s'allièrent aux barons de Grünenberg et de Trachselwald, et au XIVe aux comtes de Buchegg, aux barons de Brandis, de Grünenberg, de Hasenburg et de Werdenberg-Heiligenberg entre autres. La famille assura sa prospérité jusqu'au XVe s. grâce à des règles successorales sévères: on constate à quatre reprises que l'héritage resta entier parce que les fils cadets étaient entrés dans l'Eglise; Rodolphe Ier ( -> 2), dans la seconde moitié du XIVe s., puis Thüring en 1424, durent être relevés de leurs vœux, parce que l'héritier principal était mort sans postérité. En 1357, les frères Rodolphe II et Lütold IV, fils de Rodolphe Ier se partagèrent la seigneurie, ce qui ne porta pas à conséquence, parce que la lignée de Lütold s'éteignit. Au service des Habsbourg d'Autriche durant le XIVe s., les d'A. se tournèrent vers Berne dès le début du XVe s., au moment de leur déclin économique.


Bibliographie
– W. Merz, «Die Freien von Aarburg», in Argovia, 29, 1901, 1-19
GHS, 1, 258-261 (avec arbre généal.)
– A. Bickel, Willisau, 2 vol., 1982
– A. Bickel, Zofingen von der Urzeit bis ins Mittelalter, 1992

Auteur(e): Franziska Hälg-Steffen / UG