Montfaucon, de

Aujourd'hui en ruine, le château de M. se dressait sur le sommet d'un rocher dominant le Doubs à l'est de Besançon. Ses propriétaires, qui en portaient le nom, sont documentés depuis le milieu du XIe s. Ils fondèrent en 1123-1124 l'abbaye cistercienne de Lucelle près de Besançon. En 1162, ils acquirent par mariage le comté de Montbéliard, dont le premier comte, Amédée II (décès1195), issu de la maison des M., jeta la base des possessions vaudoises de la famille. Il acheta en 1168 à l'empereur Frédéric Barberousse la moitié de la seigneurie d'Orbe et devint en outre le premier sire de Montagny-le-Corbe (auj. Montagny-près-Yverdon). A la mort de son fils Richard III en 1227, Montbéliard passa à Thierry III (décès1283), surnommé le grand baron. En revanche, M. et les possessions vaudoises d'Orbe, Echallens et Montagny-le-Corbe allèrent au frère de celui-ci, Amédée III (décès1276), l'ancêtre de la branche cadette, qui acquit en 1255 l'autre moitié d'Orbe. En 1282, Thierry III légua le comté de Montbéliard à son arrière-petite-fille Guillemette de Neuchâtel et à son mari, Renaud de Bourgogne. Leur fille Agnès épousa vers 1320 Henri Ier (décès1367) de la branche cadette des M. et rapporta ainsi Montbéliard à la maison de M. Girard ( -> 1), le plus jeune frère d'Henri Ier, reçut les terres vaudoises de la famille. Comme il n'eut pas de descendance, sa veuve Jaquette de Grandson les légua en 1379 au fils d'Henri Ier, Etienne. Celui-ci fut le dernier représentant de sa maison, son fils Henri II ( -> 2) ayant trouvé la mort à la bataille de Nicopolis (auj. Nikopol, Bulgarie) en 1396. A la mort d'Etienne, le patrimoine fut divisé en 1397 entre ses trois petites-filles. Henriette (décès1444) reçut Montbéliard, Marguerite (décès1410) les possessions vaudoises et Jeanne (décès1445) M. Après la mort prématurée de Marguerite en 1410, le mari de Jeanne, Louis II de Chalon-Arlay, parvint à racheter peu à peu les biens vaudois jusqu'en 1418. La maison de Chalon conserva ses possessions après le décès de Jeanne, à l'exception d'Oron et de Palézieux, déjà passés aux comtes de Gruyère.


Bibliographie
– F. de Gingins-La Sarra, Recherches hist. sur les acquisitions des sires de Montfaucon et de la maison de Châlons dans le Pays-de-Vaud, 1857
– D. Schwennicke, éd., Europäische Stammtafeln, N.S., 11, 1986, planches 134-135
– R. Locatelli, «Les Montfaucon-Montbéliard du XIe s. au milieu du XIIe s.», in Bull. de la Soc. d'émulation de Montbéliard, 121, 1998, 5-49
– B. Andenmatten, La maison de Savoie et la noblesse vaudoise (XIIIe-XIVe s.), 2005, 91-93

Auteur(e): Ansgar Wildermann / FP