Glâne, de (barons)

Importante famille noble de la partie septentrionale de la Bourgogne transjurane aux XIe et XIIe s. Elle tint son nom du château familial qui se trouvait probablement sur la rive rocheuse du sud de la G., non loin de l'embouchure de cette rivière dans la Sarine. Le premier document mentionnant des seigneurs de G. est l'acte de mariage entre Ulric et Rilenta de Walperswil (1078). Ulric et son fils Pierre apparaissent dans l'entourage des comtes de Mâcon-Bourgogne et des comtes d'Oltingen, auxquels ils étaient vraisemblablement apparentés. Ils héritèrent des Oltingen la seigneurie d'Arconciel. Dans la nuit du 9 au 10 février 1127, Pierre fut assassiné à Payerne avec son fils Ulric et le comte de Bourgogne, Guillaume III l'Enfant. Hugues, chanoine de Besançon, et Guillaume étaient ses autres fils. Ce dernier, marqué par la nuit sanglante de Payerne, mais aussi dans le but de soustraire les biens familiaux aux prétentions des Zähringen, vainqueurs de la guerre autour de l'héritage des Bourgogne, décida de fonder un monastère cistercien: ce sera Hauterive (consacré en 1138). Le couvent construit, il y entra comme frère convers et y mourut le 11 février 1142 ou 1143, dernier représentant mâle de sa famille. Ses quatre sœurs épousèrent des représentants de la haute noblesse, voisins plus ou moins proches: Emma, le comte Rodolphe Ier de Neuchâtel, à qui passa la seigneurie d'Arconciel; Juliana, un seigneur de Montsalvens dont nous ignorons le nom; Agnès, le comte Rodolphe Ier de Gruyère et Ita, un noble de la Tarentaise (et non le comte Aymon II de Genève). Ces alliances montrent que les G. comptaient parmi les plus puissantes familles du Moyen Pays occidental et auraient pu devenir une dynastie de haute noblesse, mais le déclin de la maison de Bourgogne et l'expansion des Zähringen dans l'espace bourguignon entraînèrent rapidement leur fin.


Sources imprimées
– E. Tremp, éd., Liber donationum Altaeripae, 1984
Bibliographie
– R. Pittet, L'abbaye d'Hauterive au Moyen Age, 1934
– B. de Vevey, Châteaux et maisons fortes du canton de Fribourg, 1978
– H. Heinemann, «Untersuchung zur Geschichte der Zähringer in Burgund», in Archiv für Diplomatik, 29, 1983, 42-192; 30, 1984, 95-257
– E. Tremp, «Wie gründet man ein Zisterzienserkloster?», in RHES, 82, 1988, 115-141
– G. Castelnuovo, Seigneurs et lignages dans le Pays de Vaud, 1994 (ital. 1990)

Auteur(e): Ernst Tremp / WW