Sax, von [de Sacco]

Famille de barons et de comtes, appelée initialement de Sacco, probablement issue de la noblesse rhétique, puisque possessionnée de part et d'autre des Alpes. Apparentés aux da Torre, les von S. n'étaient cependant pas, selon toute vraisemblance, une branche cadette de cette famille. Au sud, ils étendaient leur pouvoir sur la vallée de la Mesolcina et la Calanca, avec le château fort de Mesocco comme centre de la seigneurie, et dans la vallée du Rhin, sur la seigneurie de S., avec les châteaux de S., Forstegg et Frischenberg. Ils apparaissent avec Eberhard de Sacco, attesté en 1137/1139, puis avec Albrecht, mentionné en 1188, considéré comme leur véritable ancêtre. Heinrich, probablement frère d'Albrecht, réorganisa vers 1200 l'administration de l'abbaye de Saint-Gall dont il fut prieur et doyen. Ses deux neveux, l'abbé Ulrich ( -> 10) et Heinrich ( -> 3) utilisèrent la puissance de ce monastère et leurs relations avec les Hohenstaufen pour renforcer le pouvoir de la famille, qui reçut entre 1208 et 1213 plusieurs avoueries (Disentis, Pfäfers, Clanx). Dans la Mesolcina, les von S. possédaient les principaux droits de souveraineté. En 1220, ils firent aussi valoir des droits dans le val Blenio et la Léventine. Ils atteignirent ainsi leur premier apogée. Vers 1248, sous les petits-fils de Heinrich, la seigneurie fut partagée. Les possessions méridionales, ainsi que les avoueries de Clanx et de Pfäfers, allèrent à Heinrich ( -> 4) et Albrecht (mentionné de 1236 à 1275), les fondateurs de la branche de S.-Misox, alors que la seigneurie de S. revint à Ulrich (mentionné de 1236 à 1257), ancêtre de la branche de S.-Hohensax

A la fin du XIVe s., les barons de S.-Misox (comtes depuis 1413) étendirent leur sphère d'influence. En 1390, ils obtinrent les seigneuries de Castrisch et de Belmont avec les tribunaux d'Ilanz, de la Lumnezia, de Flims et de Vals. Avec ces possessions, le comte Johann ( -> 9) participa à l'élargissement de la Ligue d'Ilanz en Ligue grise (1424). Sous son frère Albert ( -> 1), les von S. s'étendirent vers le sud en s'emparant de Bellinzone et du val Blenio (1403). Par la suite, ils louvoyèrent entre Milan, les Confédérés et la Ligue grise. Confrontés à la politique expansionniste des Confédérés, ils furent obligés d'accepter en 1407 une combourgeoisie avec Uri et Obwald. Entre 1419 et 1422, ils durent céder aux Confédérés les territoires qu'ils avaient conquis au sud. En 1480, la vente par Johann Peter ( -> 7) de la Mesolcina à Gian Giacomo Trivulzio, comte de Milan, marqua la fin de la domination des von S. au sud des Alpes; la cession des possessions de la vallée du Rhin antérieur à l'évêque de Coire en 1483 mit un terme à leur souveraineté dans les Grisons. Dès la fin du XIIIe s., plusieurs branches cadettes des S.-Misox (S.-Grono, S.-Palazio, S.-Norantola) partagèrent temporairement leurs pouvoirs seigneuriaux. D'autres branches cadettes se formèrent à Waltensburg/Vuorz et Trun.

Au XIVe s., les barons et seigneurs de S.-Hohensax appuyèrent souvent les Habsbourg. Ulrich mourut au service d'Autriche lors de la bataille de Näfels en 1388. En 1393, le château fort de Hohensax devint un fief autrichien. Pendant les guerres d'Appenzell (1401-1429), Ulrich Eberhard le Jeune (mentionné de 1384 à 1414) dut accepter une combourgeoisie avec Appenzell. Deux de ses fils furent abbés d'Einsiedeln, Rudolf en 1438-1447 et Gerold ( -> 6) en 1452-1469. En 1447, leur frère Diepold (décès vers 1450) devint l'unique propriétaire de la seigneurie de Bürglen (TG). Celle-ci passa ensuite à Albrecht (décès1463), qui voulut améliorer la situation financière de la famille en épousant Ursula Mötteli. Son fils unique, Ulrich ( -> 11), consolida la seigneurie dans la vallée du Rhin et en Thurgovie. Ulrich Philipp (décès1585), fils d'Ulrich, fut officier au service étranger (Empire et France). Il adopta la foi réformée en 1564 lors de son second mariage. Des conflits de succession surgirent après sa mort et son fils Johann Philipp ( -> 8) fut assassiné. Une mauvaise gestion précipita la ruine de la famille, qui dut vendre la seigneurie de S.-Forstegg à Zurich en 1615 et s'éteignit en 1633 avec Christoph Friedrich, mort au château d'Uster.


Bibliographie
– G. Hofer-Wild, Herrschaft und Hoheitsrechte der Sax im Misox, 1949
– A.-M. Deplazes-Haefliger, Die Freiherren von Sax und die Herren von Sax-Hohensax bis 1450, 1976
– C. Santi, Famiglie originarie del Moesano o ivi immigrate, 2001

Auteur(e): Anna-Maria Deplazes-Haefliger / MBA