No 5

Perregaux, Henri

naissance 14.10.1785 à Lausanne, décès 27.1.1850 à Lausanne, prot., de Lausanne, Corcelles-Cormondrèche, Les Geneveys-sur-Coffrane et Valangin. Fils d'Alexandre ( -> 1). ∞ 1828 Annette-Adélaïde-Antonie (dite Adèle) Müller, fille de Louis-Auguste-Fidèle, médecin. P. fait une formation d'architecte sans doute auprès de son père. Dès 1836, il associe à son bureau son ancien élève, Achille de La Harpe. Bien qu'architecte quasi attitré du gouvernement vaudois, P. n'a que rarement occupé une position dans la hiérarchie administrative. Entre 1814 et 1818, cependant, il est inspecteur des bâtiments de l'Etat pour les édifices situés en ville de Lausanne, puis, de 1826 à 1834, membre de la commission des ponts et chaussées. P. est assurément l'architecte vaudois le plus important de la première moitié du XIXe s. Son style, caractérisé par un néoclassicisme aux formes sobres et épurées, s'observe de Fribourg à Thonon, sur de nombreux édifices privés ou publics. II a construit des villas particulières, mais aussi des hôtels de ville, des églises (réformées et catholiques), des prisons de district, des écoles. Il entretient un intéressant rapport avec le Moyen Age, détruisant par exemple le jubé du XIIIe s. à la cathédrale de Lausanne en 1827 pour dégager la vue sur le chœur, mais se montrant aussi remarquablement sensible, pour l'époque, à la structure et au décor d'édifices médiévaux qu'il devait restaurer ou transformer. P. a parfois mis en œuvre, de manière relativement précoce pour la région, le style néogothique. Qualifié d'"ardent révolutionnaire" en 1816, en fait libéral, P. est élu au Conseil communal (législatif) de Lausanne (1815 et 1832) et siège au Conseil municipal entre 1815 et 1833. Candidat malheureux au Grand Conseil en 1828. Franc-maçon, membre de l'abbaye de l'Arc et cofondateur du Cercle littéraire de Lausanne (1819).


Bibliographie
Architektenlex., 413
– P. Bissegger, D'ivoire et de marbre: Alexandre et Henri Perregaux ou l'âge d'or de l'architecture vaudoise, 1770-1850, 2007

Auteur(e): Paul Bissegger